Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/09/2012

Pourquoi l'amour ne marche pas, de et par ... Norbert Saffar.

Norbert.jpgLE FUNAMBULE MONTMARTRE

53, rue des Saules

75018 PARIS


(M° Lamarck Caulaincourt)


Loc. 01 42 23 88 83


www.funambule-montmartre.com


Pl. 20€, T.R. 14€


Du mardi au samedi à 21h.


(faites vite, car ...)


jusqu'au : 29 SEPTEMBRE 2012

 

Monologue écrit et interprété par Norbert SAFFAR.

 

Ce spectacle est un amusant bilan à valeur d'avertissement.

Afin d'être en mesure de l'écrire, notre auteur-interprète a plongé dans la lecture de philosophes tels que Barthes, Schopenhauer, Freud (qui apparemment et contrairement aux chaussettes ne s'use pas à force d'être utilisé) Lacan, sans oublier l'ancêtre de tous : Aristote.  Du reste pour nous prouver qu'il ne fait pas semblant, une table en fond de scène croule littéralement sous les volumes consultés.

En lisant cela, n'allez pas prendre vos jambes à votre cou car le résultat est hilarant au possible. Qui l'eût cru ?

Debout mais surtout pas immobile, seul en scène, Norbert Saffar plonge son regard noir dans les yeux des spectateurs des premiers rangs, afin de mieux s'adresser à eux.

En clair, il les prend à témoin car le sujet nous concerne tous bien évidemment, que nous ayons George Clooney comme fantasme ou comme sujet d'agacement (mais ça, c'était dans un autre spectacle.)

Son " héros "  (nous ne saurions supposer que l'oeuvre est autobiographique et puis il faut bien que les amis servent à quelque chose ...) a connu bibliquement trois femmes et trois échecs. De quoi se poser quelques questions - même si pour se consoler - on a parfois recours à Lacan qui disait qu' " aimer c'est donner ce qu'on n'a pas à quelqu'un qui n'en veut pas." Or les dames en question en ont voulu puisqu'elles se sont mariées avec lui ! L'histoire ne dit pas s'ils sont passés devant le rabbin ou le maire mais ils ont vécu ensemble ce qui est le plus important sur le plan de l'expérience. Or un échec, ça va, deux ... ça commence à devenir épineux et trois, bonjour les dégâts ! " Allo, maman, bobo " mais ce ne sont pas les brioches au Nutella qui changeront quoique ce soit, sinon à exploser les boutons de la chemise et comme il n'y a plus personne pour les recoudre ... 

Je vais vous laisser découvrir la suite qui croyez moi, n'est pas triste. 

L'éventuelle introspection (?) est alerte, féroce même, une certaine truculence est au rendez-vous, le comédien a une présence scénique indéniable et son rythme ne faiblit jamais. Allez-y, je vous promets de passer en sa compagnie un agréable moment car pour une fois qu'un monologue n'est ni barbant ni vulgaire, vous auriez tort de le laisser passer. 

 

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

 

15:25 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.