Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/06/2012

Le Fond de l'ère effraie de Bruno Coppens

Bruno-Coppens.jpgLA PEPINIERE-THEATRE

7, rue Louis Le Grand

75002 PARIS


(M° Opéra)


loc. 01 42 61 44 16


Pl. 29€ et 19€


du mardi au samedi à 19h.

 

Mise en scène : Eric de Staercke


Textes et interprétation,

Bruno Coppens


pianiste-comédien : Pierre Poucet

 

50-balais.jpg

 

Qu'y a t-il de pire que de confondre un artiste avec un autre ? … 

Sans doute de lui déclarer naïvement,

-" ma mère aime beaucoup ce que vous faites ! "  

Pour le coup, véner il est, l'artiste en question ... 

Lui dont les répliques fusent à la vitesse de l'éclair, assommé, il n'a même plus le réflexe de répliquer,

- " ça prouve au moins que moi, je perdure ! " … 

Non, le moral dans les chaussettes il se traînera jusqu'au bar où il sait retrouver un copain afin de solliciter une thérapie de comptoir.

Cinquante balais ! brusquement notre homme réalise qu'il ne va pas tarder à dévaler l'autre versant de la montagne. C'est du moins ainsi qu'il perçoit les choses en la circonstance, alors histoire d'emprunter le remonte-pente, il utilisera les mots.

Calembours, contrepèteries, il fera feu de tout bois afin de prouver qu'il a encore du souffle. Inutile de chercher à noter un bon mot sur le bloc ouvert à cet usage, le stylo ne serait pas assez rapide car trois autres formules à l'emporte-pièce ont déjà traversé l'espace : scène-salle avant que la phrase en question soit notée.

Et on se dit immédiatement : " mais où va t-il chercher tout ça ?

Riton, le barman qui a compris qu'il n'était pas près de fermer, s'installera au piano, ce qui nous permettra de constater qu'en plus, Bruno Coppens sait chanter et bien.  Du coup, un piano à queue succédera au piano droit. Faut c' qui faut, n'est-ce pas ? Indubitablement, il y a du Raymond Devos et du Bobby Lapointe chez cet homme là !

Comme il sollicite le public, on peut même ajouter que certains soirs ce dernier a plus ou moins de talent et pour lui, ce n'est qu'un exercice d'équilibriste de plus. 

Enfin, et pour conclure,  si cet humour est belge, tout comme le célèbre petit bonhomme … il pisse dru. 

 

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

 

les-deux.jpg

(Photos : LOT)


15:58 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.