Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/06/2012

Jeanne d'Arc l'Egérie de Charles VII de Danièle Léon

aff.Jeanne.jpgTHEATRE PROSCENIUM

2, passage du Bureau

niveau : 170, rue de Charonne

75011 PARIS


(M° Alexandre Dumas)


Loc. O1 40 09 06 77


Pl. 15€ - T.R. 10€


Prochaines représentations,


samedi 2 juin à 19h

& dimanche 3 juin à 15h.



ensuite, du mercredi 3 octobre au samedi 6 octobre à 19h.

le dimanche 7 octobre 2012 à 19h.


avec Lise Martin, Brice Berrier, Danièle Léon, Nicolas Luquin, Simon Caillaux, Pierre Fichet.


 

J'ignore quelles sont exactement les convictions religieuses de l'auteur mais il est évident que Danièle Léon a choisi d'évoquer le thème sans s'éloigner de la version classiquement officielle. Ici, nulle place à la moindre polémique, le texte est bien écrit et les références historiques incontestables. 

Tout auteur désire voir ses pièces jouées quitte à s'acquitter soi-même de la tâche or il est rare que l'on soit tout à la fois auteur, metteur en scène et interprète à valeurs égales. 

Cinq comédiens dont deux comédiennes devront se partager 13 personnages sans grande métamorphose physique ce qui nuit un peu à la crédibilité de ce qui nous est montré. 

C'est ainsi que passer de Charles VII auquel Brice Berrier ressemble peu, à l'évêque Cauchon (même de dos) en passant par Jean Pasquerel ne favorise pas la crédibilité du comédien qui n'avait pas besoin de ce surcroît de handicap.

On comprend que Lise Martin n'ait pas voulu sacrifier sa superbe chevelure pour quelques représentations mais bien qu'une comédienne ait affiché une démarche identique à l'écran il y a peu, l'usage du catogan est postérieur à l'époque ... A ce détail près, la comédienne s'acquitte de son rôle (Jeanne) de façon satisfaisante

Deux interprètes se détachent du lot, à savoir Simon Caillaux dont la stature domine la distribution et au parler juste, de même que Nicolas Luquin l'un et l'autre ayant à charge d'incarner chacun quatre personnages.

Les lumières sont habiles et la musique remarquablement choisie. 

Vous l'avez compris, le seul défaut de ce spectacle par rapport au texte est de ne pas posséder une distribution suffisamment importante mais il est vrai que le petit plateau du Proscénium n'aurait pu les contenir tous. 

 

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

 

Jeanne.jpg

(photo : Romain Dauphin-Meunier)


20:35 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.