Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/05/2012

Rostam et Sohrâb (Création)

THEATRE 13 / SEINE

30, Rue du Chevaleret

75013 PARIS


(M° Bibliothèque F.Mitterrand)


Loc. 01 45 86 55 83


info@compagniedulierre.com

www.compagniedulierre.com


A 19h.30 : mardi, jeudi, samedi,

A 20h.30 : mercredi, vendredi,

A 15h.30 : dimanche.


Pl. 24€ - T.R. 16€


 

Mise en scène et écriture : Farid Paya


D'après l'épopée " Le Livre des Rois " de Ferdowsi

Texte paru aux Editions de L'Harmattan.


Musique Bill Mahder


jusqu'au 6 JUIN 2012



avec David Weiss (Rostam) - Vincent Bernard (Sohrâb) - Cédric Burgle (Houmân) - Marion Denys (Tahmineh, Gord Afarid) - Guillaume Caubel (Le narrateur, Jendeh-Razm, Kajdahom) - Xavier-Valéry Gauthier (Le Roi de Samangân, Kâvous) - Thibault Pinson (Le berger, Hadjir, Goudarz) - Jean Matthieu Hulin ( Afrâsiyâb, Guiv) -

Rostam-duo.jpg

 

L'espace scénique est nu ou presque. Trois marches sur lesquelles un personnage est installé en position d'attente, c'est le narrateur. Il reviendra conclure à la fin quand le destin aura accompli son oeuvre. Derrière lui, accroché au mur une immense étoffe aux chaudes couleurs.

 

Grâce à Farid Paya, Le livre des Rois va s'ouvrir pour nous. 

Deux personnages mythiques vont s'affronter sans se reconnaître, le père Rostam et le fils Sohrâb. 

 

Le premier est un illustre guerrier à la force invincible. 

Sohrâb fut conçu par lui il n'y a de cela que cinq années mais ( c'est là que le merveilleux fait son apparition ) sa stature est déjà celle d'un jeune adulte ayant la vaillance d'un lion. 

Ce sont donc en référence à la tradition antique, des demi-dieux. Rien ne leur est impossible ! 

 

Tahmineh a désiré ce fils et en a elle même choisi le père auquel elle reste fidèle en dépit de l'éloignement car ces êtres souvent furieux ont l'esprit noble. Ils sont imprégnés de la valeur de leurs ancêtres et fiers de leur ressembler. 

 

Sohrâb partait en guerre avec l'intention d'offrir un empire à son père quand il l'aurait retrouvé mais c'est la mort qui sera au rendez-vous, donnée de la main même de celui qu'il voulait combler car les dieux en ont décidé ainsi. 

 

La Compagnie du Lierre encore nomade hélas, que nous retrouvons ici avec bonheur est constituée d'artistes complets maîtrisant en plus du jeu bien sûr, le chant scénique ainsi que les arts martiaux et pratiquent résolument l'incarnation des personnages.

 

Une fois de plus, ils nous conduisent en un autre univers par le biais d'un théâtre épique à l'indéniable efficacité qui nous transporte autant qu'elle les transcende.

 

Et puisque une nouvelle équipe vient d'être nommée au Ministère de la Culture, souhaitons qu'elle ne soit pas aussi sourde que la précédente et leur accorde un écrin digne d'eux. Tous nos voeux les accompagnent.

 

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

 

combat.jpg


20:28 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.