Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/05/2012

Le péché et la grâce de Jean-Luc Jeener d'après un scénario de Jean Giraudoux.

THEATRE du NORD-OUEST

13, rue du faubourg Montmartre

75009 PARIS

(M° Grands Boulevards)

Loc. 01 47 70 32 75

peche-grace.jpg

pour les dates et horaires, consulter : www.theatredunordouest.com

Thérèse.jpg

 

Une jeune fille assez exaltée, se présente à la soeur tourière d'un couvent.

On comprend très vite qu'elle appartient à ce que d'aucuns nomment " la haute bourgeoisie " qu'elle est en conflit avec sa mère et le comportement pseudo charitable de cette dernière. Il lui faut plus prouver ... Pour cela, elle a décidé de prendre le voile. Or l'établissement est spécialisé dans le recrutement d'anciennes délinquantes voire de criminelles ce qui n'est pas absolument le cas de la nouvelle arrivée ! Elle parviendra à convaincre celle dont la bonté porte à tout croire ...

Une fois dans la place d'autres soeurs se révéleront plus circonspectes, voire hostiles. Péché d'orgueil sera alors le maître mot.

Or Anne-Marie, tel est son nom qu'elle aurait bien voulu abandonner mais dont la pérennité lui sera imposée, a un jour qu'elle accompagnait sa mère dans ses " bonnes oeuvres " croisé un regard dont elle ne peut se défaire. Il s'agit d'une femme condamnée dont le caractère rebelle et l'agressivité posent problème à tous ceux qui l'approchent. La novice s'est trouvé une mission, ramener l'inculpée en ce lieu, la protéger tout en étant l'instrument de sa rédemption.

Une telle obstination rencontrera évidemment des obstacles tant de la part de l'intéressée que de celles de ses soeurs qui trouvent cette démarche suspecte. 

Je vous laisse découvrir la suite ... 

Si j'ai bien compté, les comédiennes sont au nombre de huit. Huit femmes dissemblables avec chez certaines un potentiel de violence mal contenu ce qui crée parfois des éclats de voix à la limite du supportable. Est-ce parce que la distribution est uniquement féminine mais il m'a semblé que Jean-Luc Jeener nous avait habitués à des directions d'acteurs plus rigoristes que celle-ci ? Les croyants certes, seront plus émus que les autres. N'importe, il s'agit d'une belle analyse sociologique et psychologique qui nous est présentée là et si je n'ai pas (et pour cause) reconnu le ton d'un Giraudoux, cette pièce s'inscrit dans l'actuelle intégrale puisque issue d'un scénario du même. A voir, résolument.

 

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

conclusion.jpg



14:19 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.