Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/04/2012

La guerre n'a pas un visage de femme d'après le récit de Svetlana Alexievitch


laguerrebleue.jpgTHEATRE GUICHET MONTPARNASSE

15, rue du Maine

75014 PARIS


(M° Montparnasse, Edgar Quinet, Gaité)


Réservations : 01 43 27 88 61


Chaque mercredi & vendredi à 19 h.



jusqu'au : 15 Juin 2012


Texte librement adapté, mis en scène et interprété par Cécile CANAL



Aide à la direction d'acteur, Patrick FORIAN


" La guerre n'a pas un visage de femme "

Edition originale, Presse de la Renaissance 2004, J'ai lu : 2005


 

Au début, une voix off commente en russe.

Ceux qui ne comprennent pas ( j'imagine que nous sommes nombreux ) se laissent porter par la musicalité de la langue. C'était l'époque des engagés volontaires. Certains étaient encore des enfants et trichaient sur leur âge afin d'être acceptés. Il est vrai que les circonstances faisaient que leurs interlocuteurs n'étaient pas trop regardants. il y eut des femmes ou plutôt des adolescentes dans le nombre. " A la guerre comme à la guerre " a t-on coutume de dire ... 

La comédienne est seule en scène, et n'a pour l'accompagner que ces voix off ou ces bruitages venant ponctuer son récit fait de témoignages car elle sera une enfant jetée dans la tempête, déguisée en homme par commodité, sans nul souci d'élégance bien sûr et apprendra la vie en contemplant la mort. 

A 16 ans, son personnage connaîtra la peur, la faim et le froid dans ce combat que les russes envahis menèrent contre ceux que l'on désignait en Europe sous le terme de boches. Nos grands-parents n'ont jamais employé une autre expression pour parler des allemands puisque certains ont traversé deux guerres avec cet ennemi en face. Les conflits n'étaient pas encore complètement mécanisés et la présence des chevaux quand on les connaissaient était rassurante mais parfois, il fallait en sacrifier un tout simplement pour manger. 

Au dessus, les avions et une défense antiaérienne devait alors fatalement s'organiser. Notre héroïne en fit partie. 

Cécile Canal nous décrit la Volga rouge de sang, et tout ce que l'on nomme " les horreurs de la guerre " (ce n'est pas un vain mot) 

A 500 mètres de là, les tranchées ennemies. Seule femme parmi les hommes entassés dans un gourbi de 6m2, on imagine ce que fut son existence ...

Les évocations sont ponctuées par des noirs lui permettant de modifier imperceptiblement son aspect physique mais de façon suffisamment convaincante.

Le rythme ne faiblit jamais. Certes, les personnages de vieilles femmes sont un peu caricaturaux mais nous savons que la réalité est parfois plus terrible que le théâtre et puis il y a cette démarche claudicante mais on ne sort pas intact d'une guerre et celle là fut terrible !  Nous, spectateurs ressortons du Guichet avec à l'esprit un " plus jamais ça " mais avec d'autant plus de conviction que ce serait mille fois plus terrible maintenant et on se dit que décidément, les pacifistes n'ont pas assez de pouvoir en ce monde. Donc, à voir, absolument ! 

 

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

 

Madone.jpg


10:22 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.