Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/03/2012

Peggy Guggenheim, femme face à son miroir de Lanie Robertson.

P.Guggenheim.jpg


PETIT MONTPARNASSE


31, rue de la Gaité

75O14 PARIS

(M° Gaité ou Edgar Quinet)


loc. 01 41 22 77 74


Pl. 30€ & 18€

Moins de 26 ans : 10€


du mardi au samedi à 19h. 

dimanche à 15h.


 

Adaptation : Michael STAMPE


Mise en scène et scénographie : Christophe LIDON


avec : Stéphanie BATAILLE;

 

On aime ou pas le personnage de Peggy Guggenheim mais si une chose est certaine, c'est que la comédienne est formidable ! Pas un seul temps mort durant ce monologue qu'elle investit au moyen d'une présence indéniable. 

Destin d'une héritière dont le père a disparu lors du naufrage du Titanic et qui a utilisé sa fortune à faire connaître des artistes dont - peut-être, sans elle - personne ne parlerait encore. Certes, ses goûts peuvent ne pas être partagés par tous, éternelle querelle entre les Classiques et les Modernes et Peggy n'était délibérément attirée que par ces derniers. 

En dépit du mauvais goût exposé par la présence de ces robes toutes signées certes mais au clinquant dérisoire, il faut reconnaître que les noms évoqués symbolisent tous l'expression d'un vingt et unième siècle triomphant. 

Où commence l'Art et où finit le commerce,(?) il est certes permis de se poser la question mais c'est tout de même grâce à elle que le grand Musée de la Cité des Doges fut créé. Cette collectionneuse impénitente fut à sa façon une résistante puisqu'elle permit que bon nombre d'oeuvres qualifiées par Hitler d'art décadent puisse échapper à la destruction pure et simple. Ensuite, et  au delà des noms désormais célèbres ce n'est plus qu'une question de choix personnel.

Grâce à cette femme (on peut s'en féliciter ou le déplorer) l'Art pictural moderne a pris une nouvelle direction. Cubisme, Surréalisme, Dadaïsme, Art Abstrait tous ces modes d'expression méprisés par certains lui doivent beaucoup.

Sa vie privée fit scandale car elle ne faisait jamais rien à moitié et puisqu'elle défrayait la chronique prononcer son nom avait  pour conséquence de poser un projecteur sur tous ceux auxquels elle s'intéressait. Humour et culture se conjuguent ici allègrement, deux raisons d'aller voir ce spectacle.


Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

 

Peggy.jpg

( photos : LOT )

15:30 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.