14/02/2012

MEDEA de Pascal Quignard

Medea-h.jpg


Théâtre PARIS-VILLETTE

211, Av. Jean Jaurès

Parc de la Villette

75019 - PARIS


(M° Porte de Pantin)

loc. 01 40 03 72 23


Du 7 au 19 FEVRIER 2012


mardi, vendredi à 21h

mercredi, samedi, 19h.30

dimanche à 16h.



Interprétation et chorégraphie : Carlotta Ikeda

Texte et lecture : Pascal Quignard

Musique, composition et interprétation : Alain Mahé


(6 EUROS LA PLACE AVEC LE CARNET PARIS-VILLETTE)

 

Médée, (MEDEA) cette ombre errante, petite fille du Soleil, condamnée à hanter la mémoire du monde nous est ici restituée sous les traits de Carlotta Ikeda, silhouette tout à la fois fragile et puissante dont les lents déplacements créent l'intensité.

 

Ce personnage mythique maintes fois revisité ne se justifie que par la sourde passion, celle qui lia un jour cette femme à Jason dont la traitrise fut cause du drame.

" Les nourrissons tuent les vivants sur leur passage " et Médée est un être qui n'accepte pas, qui n'accepte rien, en dehors de ce sentiment qui la transcendait, était devenu son absolue raison de vivre. Elle détruira donc les preuves d'un amour qui n'existe plus.

 

Comme le Butô fait corps avec les éléments, les pierres entrechoquées martèleront le cours du Destin tandis que le bruit d'eau symbolisera le temps qui passe éternellement.

Cette lenteur des gestes, ce dos vouté sous le poids de la faute, ces bras élevés en direction du Ciel, implorant les dieux de comprendre, toute l'intensité de la tragédie est ici restituée sans le recours des mots. 

 

Certes, Pascal Quignard a résumé l'action et la signification qu'elle comporte en un prologue destiné a présenter et résumer ce long langage muet qui ensuite ne sera véhiculé que par les gestes à une psalmodie près.

 

La rencontre entre l'oeuvre, l'interprète et le public est intense et cette forme d'expression illustre parfaitement le caractère sacré d'un théâtre qui fait de ses personnages des demi-dieux.

 

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

 

robe-rouge.jpg

Photos : LOT

16:43 Publié dans THEATRE | Lien permanent