Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/02/2012

Nuremberg, la fin de Goering (Une pièce de Arnaud Denis)

Goering-R.Jackson.jpgVingtième THEATRE

7, rue des Platrières

75020 PARIS

(M° Ménilmontant)


Loc. 01 48 65 97 90

Pl. 24€, 19€, 12€


Du 25 Janvier au 10 Mars 2012


Pièce écrite et mise en scène par Arnaud Denis

avec Götz Burger (Hermann Goering) - Jean-Pierre Leroux (Robert Jackson) - Raphaëlle Cambray (Marie-Claude Vaillant-Couturier) - Jonathan Max-Bernard (Lieutenant Jack Wheelis) & David Zéboulon ou Arnaud Denis en alternance (Capitaine Gustave Gilbert)

Goering-psy.jpg

 

Evidemment, ils étaient un peu plus nombreux à Nuremberg, pour participer à ce procès que d'aucuns depuis, ont qualifié de " mascarade." Il faut dire que les pays concernés n'avaient pas très bonne conscience pour avoir laissé faire les choses à Auschwitz car lorsque les américains se sont enfin décidés à intervenir, il y avait un bon moment qu'ils étaient au courant de ce qui se passait là-bas. Seulement dans l'intervalle, le commerce des armes faisait florès ! La bataille de Stalingrad aidera  la balance à pencher dans la bonne direction ... Nous savons tout cela par coeur, films et documentaires s'étant chargés de faire notre éducation ad nauseam. Arnaud Denis a sans doute comme beaucoup éprouvé le besoin impérieux d'effectuer ce devoir de mémoire dont il faut bien le dire, on nous rebat les oreilles depuis quelques temps déjà ... En ce cas, pourquoi être allée voir la pièce allez-vous dire ? Tout simplement parce que je trouve ce jeune metteur en scène et ici auteur talentueux. Quant à la phrase de fin " la civilisation ne résisterait pas à la répétition " c'est faire peu de cas du Rwanda par exemple ou des charniers que l'on a découvert en Serbie ! Depuis Tamerlan et même avant, les pires atrocités ont émaillé l'histoire des civilisations tout au long des siècles. 

Vous l'avez compris, c'est à une rude tâche à laquelle cette poignée de comédiens s'est attaquée avec conviction et l'auteur maîtrise parfaitement le sujet.

La prestation de Götz Burger est remarquable et son interprétation du personnage de Goering ne laissera aucun spectateur indifférent. La complicité que le monstre entretient avec le lieutenant Wheelis est saisissante de véracité. Arnaud Denis tout en étant fidèle à ce qui s'est passé a évité le piège du manichéisme. Hitler lui même pouvait avoir un moment de tendresse pour un enfant (blond de préférence) ou un chien car les êtres humains sont complexes. Alors et même si vous vous déclarez saturés par les nombreuses évocations de cette période de l' Histoire, allez-y car tout cela est traité avec intelligence et subtilité.

 

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com 

 

Goering-Wheelis.jpg

Photos LOT

16:31 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.