Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/01/2012

Terminus Matsushima de Benoît Marbot

aff.Matsu.jpg



Théâtre Darius Milhaud

80, Allée Darius Milhaud

75019 PARIS

M° Porte de Pantin

Loc. 01 42 01 92 26

www.theatredariusmilhaud.fr

Le mercredi à 21h.15,

le jeudi à 19h.15

jusqu'au : 15 mars 2012

Mise en scène de l'auteur.

avec : Leslie LIPKINS (Valentine) 

Adrien LALIGUE (Gautier) 

Cyrille LABBE (Melvin)

les-trois.jpg 

11 Mars 2011 - un tsunami engendre la détérioration de la centrale de Fukushima avec les conséquences que l'on sait, catastrophe que la plupart d'entre nous aimerait écarter de sa mémoire ... 

Certains fustigent alors l'inconséquence de ceux qui ont construit l'édifice en un pays où les tremblements de terre sont fréquents. 

L'antique sagesse japonaise et ses " maisons de papier " a t-elle définitivement disparu, victime de ce modernisme frisant l'inconséquence ? Le moment de se poser les vraies questions n'est-il pas venu ? ...

Trois jeunes européens vont être le miroir de ce qui s'est passé, la  futilité des rapports humains s'inscrivant parfois en faux sur ce qui fut ailleurs une tragédie ? 

En alternance, nous passerons du présent, c'est à dire de la terrasse d'une villa située sur la Côte d'Azur avec par le biais de parenthèses, l'évocation d'un passé proche, au pays du Soleil Levant.

Belle analyse psychologique d'un trio de trentenaires un peu paumés mais à la recherche d'une possible amélioration de ce qui est.

Les comparaisons contrastées vont émailler la pièce en permanence. 

Melvin ne pense qu'à échapper à Liliane tandis que Gautier lui, veut se rapprocher de Kayoko. Ces deux femmes sont évoquées,  on ne les verra jamais mais elles sont omniprésentes dans l'esprit de l'un et de l'autre : Gautier qui croit à l'amour et Melvin qui ne veut pas y croire ... Les échanges tiennent parfois à des contacts téléphoniques alors que seule la force de la pensée peut relier les êtres au delà des océans. Superficialité (acquise) de nos sociétés occidentales comparée à l'attention respectueuse des nippons tandis qu'ici, " personne ne connaît personne, tout le monde fait semblant." 

D'un côté, les relations sont aussi légères  que compliquées et de l'autre, tout va nécessairement à l'essentiel, c'est à dire à la survie physique et morale. 

L'enthousiasme de ces trois interprètes aide a porter le message et le talent de Benoît Marbot auteur et metteur en scène, fait le reste. 

Face à nous, encadrée par ces deux hommes, une femme, bien présente, elle - (Valentine) fille du propriétaire du lieu où se situe l'action, une jeune nantie dont l'existence est en jachère et le désarroi assez grand.

Les personnages incarnés par ces jeunes comédiens symbolisent un avenir qu'ils ne maîtrisent pas encore. A voir sans craindre la sinistrose car l'espoir se situe précisément au terminus ...

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

ailleurs.jpg

 

15:39 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.