Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/07/2011

Par la fenêtre, ou pas de Pierre Notte

fenêtre57.jpg

 

MANUFACTURE DES ABBESSES

7, rue Véron 75018 PARIS

(M° Abbesses ou Blanche)

Réserv. 01 42 33 42 03

les jeudi, vendredi, samedi à 21h.

dimanche à 17h

jusqu'au : 31 Juillet 2011

Mise en scène de Antoine HUMBERT

avec Hélène Bélivier, Virginie Hallot, Antoine Humbert, Jérome Laborde, Maud Martinez, Laurent Narjot, Raphaëlle Spagnoli.

fenetre-69.jpg

Là, il faut que je prenne garde car avec un titre pareil et un prénom comme le mien votre servante pourrait passer par la fenêtre et comme c'est celle d'un train, gare à l'atterrissage !  Or, on en rencontre du monde dans ce train là.   

L'une est voleuse professionnelle et l'autre s'est fait chaparder son mari de façon définitive ...  " 33 ans et un kilo par an " constate l'une d'elles à une époque où l'on vit de plus en plus vieux, il va d'évidence falloir élargir les portes et pas seulement celles des transports en commun  ... Ce qui explique peut-être que l'apôtre Jean ait écrit l'Apocalypse à 70 ans ? Au delà, il n'eut plus été capable d'écrire, tant ses bras eussent été lourds. Mais d'où vient cette Vénitienne ainsi vêtue ?  Pour ne pas quitter la Bible, de Sodome ou de Gomorrhe ? Heureusement que deux jeunes gens sont là pour nous rassurer par leur seule présence et l'avenir se trouve  du même coup assuré car le spectateur a déjà moult inquiétudes à cause des lapsus morbides qu'il enregistre. Ici, chacun raconte son histoire sans écouter l'autre, exactement comme dans la vie. Pas étonnant après cela que le contrôleur s'évanouisse à tout bout de champ. Et la veuve qui veut  " se foutre en l'air " maintenant ! 

Voyage très agité mais six dans un compartiment la nuit, comment pourrait-il en être autrement ? Horreur !  voilà qu'il neige au mois de mai ! ... 

Vous l'avez compris, cette pièce est complètement déjantée. Nous nageons en plein surréalisme, ça s'agite, ça fait du bruit en ce Landerneau roulant, bref le délire est au rendez-vous et face à ces situations "abracadabrantesques", le spectateur glousse allègrement. C'est joyeux, rapide d'un esthétisme ébouriffant, bref, allez-y, vous ne serez pas déçus puisque Simone et compagnie vous le garantissent ... Absolument. 

 

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

fenetre-67.jpg


 

15:57 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.