Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/06/2011

La femme silencieuse de Monique Esther Rotenberg

THEATRE du PETIT HEBERTOT

78 bis, bd. des Batignolles

75O17 PARIS

(M° Rome et Villiers)

T. 01 42 93 13 04

Tarif unique : 15€

Du mardi au samedi à 21h.

Dimanche à 15h.

jusqu'au : 10 Juillet 2011

Mise en scène : Pascal ELSO

avec : Pierre-Arnaud JUIN - Corinne JABER - Olivia ALGAZI.

S.Zweig.jpg

1934 - Pluie d'orage. Stefan Zweig est dans son bureau londonien.
Arrivée de Lotte Altmann, nouvelle secrétaire choisie par son épouse, Friderike, laquelle a coutume de le soulager de tout ce qui ne constitue pas son travail d'écriture ...
L'homme frise le désagréable et ne se ravisera que lorsqu'il verra que confrontée à cet accueil, la jeune femme s'apprête à prendre la porte.
Nous découvrirons assez vite que la secrétaire en question, bénéficie d'une intelligence incisive, qu'elle connaît parfaitement l'oeuvre de l'écrivain pour lequel elle s'apprête à travailler, sans parler de sa connaissance non moins approfondie du Talmud. Bref, une assistante peu banale et dont le sort restera lié à celui de Zweig pour l'éternité mais l'un et l'autre ne le savent pas encore ...
Pour l'heure, il s'agit de s'atteler à l'écriture de cette biographie de Marie Stuart, vaste programme, l'auteur ayant provisoirement mis de côté, Erasme avec lequel il avait décidément par trop d'affinités, ce qui rendait l'approche quasi insupportable. Il y reviendra plus tard.
Monique Esther Rotenberg s'est imprégnée de ces Souvenirs d'un européen rédigés sous le titre " Le monde d'hier " ouvrage incontournable à tout fervent lecteur de Stefan Zweig et il faut bien reconnaître qu'elle réussit  à mettre dans la bouche du personnage principal, des mots incontestables.
Pierre-Arnaud JUIN qui s'est appliqué à ressembler le plus étroitement possible à celui qu'il est censé incarner, martelle un peu le texte (m'a t-il semblé) ce qui contraint Olivia Algazi à faire souvent de même mais peut-être n'était-ce que la conséquence d'une représentation jouée en matinée ? En revanche, Corinne Jaber qui est l'épouse du grand homme est absolument remarquable ! La mise en scène de Pascal Elso présente la fluidité qui convient et le décor est fort beau notamment sous ces effets d'orage. Tous les amoureux de Zweig sont invités à aller voir cette pièce, brillant hommage rendu à sa mémoire et rappel (concernant le titre) du livret que cet auteur écrivit pour Richard Strauss, opéra censuré par les nazis du fait de la judaïté involontaire mais réelle, du librettiste choisi.

Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

les-trois.jpg

(Photos : Xavier LAHACHE)

15:02 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.