Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/05/2011

The Island de Athol Fugard, John Kani et Winston Ntshona

Island.jpg

LAVOIR MODERNE PARISIEN

35, rue Léon 75018 PARIS

(M° Château Rouge)

Loc. 01 42 52 09 14

Pl. 15€ - T.R. 10€

du mardi au samedi à 21h.

jusqu'au 7 mai 2011

Traduction et adaptation : Marie-Hélène Estienne.

avec Habib Dembélé et Hassane Kassi Kouyaté

Mise en scène : Hassane Kassi Kouyaté.

 

Préserver sa liberté, son indépendance d'esprit quand tout vous opprime, faits et gens. Rechercher, retrouver ce qui permet l'envol quand on est enchaîné. C'est ce que vivent ces deux hommes. L'espace scénique est recouvert de sable afin d'évoquer cette île, prison de jour à ciel ouvert. Lors des courtes pauses, (le spectacle commence par l'une d'elles) un chant s'élève nostalgique, implorant ... " no more, my lord ! " suivront les gestes du travail, répétitifs et pénibles sous un soleil de plomb.
Le soir venu, quand exténués ils retourneront dans leur cellule, les membres rompus, alors les langues se délieront. La fuite en avant dans l'imaginaire pourra commencer, les complices s'affronter, car il faut que virilité s'exprime ! Les hommes peuvent ainsi retrouver la dignité que d'aucuns leur refusent. La liberté confisquée. Voilà 3 ans que ces deux là partagent un sort identique, qu'ils luttent pour ne pas se soumettre à l'asservissement qui leur est imposé. Ils joueront donc les coqs de combat avec des griffes émoussées juste pour garder la forme et puis il y a ce projet de pièce dont la représentation approche, cet oubli de soi nécessaire pour que le miracle puisse avoir lieu. L'un est grand et fort, l'autre plus petit et malin ils vont donc s'affronter avec les moyens que la nature a mis à disposition de chacun mais après des refus, des remises en question, ils accepteront de regarder ensemble dans la même direction afin que le projet puisse prendre forme et l'espoir renaître de façon éphémère certes mais le temps d'une grande bouffée d'oxygène. Les deux comédiens s'impliquent complètement et pour tout dire sont formidables. Sans l'ombre d'une hésitation, allez y !

Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

10:49 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.