Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/04/2011

Périphéries humaines de Euryale Collet Barquero

LAVOIR MODERNE PARISIEN

35, Rue Léon

75018 PARIS

M° Château Rouge

loc. 01 42 52 09 14

Mardi 5 AVRIL 2011 à 20h.30

spectacle réalisé d'après un recueil de paroles des habitants de l'Essonne.

Mise en scène de Zmorda Chkimi

Interprétation : Jean-Claude Dreyfus, Suzanne Marrot, Vincent Ozanon, Iljir Sélimoski

Danse : Naïma Ouarda - Musique : Mehdi Chaib.

Jean-cl.dreyfus.jpg

 

Le Lavoir Moderne Parisien est un lieu qui a ses habitués et une atmosphère particulière que l'on ne trouve nulle part ailleurs. Il s'y passe beaucoup de choses à cette particularité près que la programmation est toujours axée sur l'humain et l'universel. Ici, les frontières sont abolies. Ces Périphéries humaines ne parlent de rien d'autre. Un dialogue central s'installe entre un immigré venu de contrées plus chaudes que la nôtre et un blond venu vraisemblablement de l'Est. Deux tempéraments absolument différents vont alors s'opposer et une amitié faite de bourrades, de prises de bec, comme seuls les hommes peuvent en inventer.
En réalité, l'un et l'autre sont logés à la même enseigne, c'est seulement leur perception qui diffère ... Et puis, il y a deux personnages féminins qui dansent et chantent. Un musicien aussi, car tous les modes d'expression sont représentés.
Ces êtres ont à la fois des racines différentes et en sont dépourvus ne sachant plus lesquelles choisir et ne le pouvant pas. Leur présence se situe quelque part entre espoir et rêve. Aucune nostalgie pourtant, le rythme étant celui d'une vie en mouvement perpétuel. Il y avait hier un absent et pas n'importe lequel puisqu'il s'agit de Jean-Claude Dreyfus dont la stature imposante nous a bien manqué mais force est de reconnaître que sa voix off quand elle résonnait, investissait l'espace de façon plus que troublante car il était alors omniprésent. Souhaitons lui un prompt rétablissement car sans lui, le théâtre ne serait pas ce qu'il est.

Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

 

 

21:15 Publié dans SPECTACLE MUSICAL | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.