Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/03/2011

Le temps qui passe de Karine SILLA-PEREZ

visuel-letemps.jpg

THEATRE des MATHURINS

36, rue des Mathurins

75008 PARIS

(M° Havre-Caumartin)

Loc. 01 42 65 90 01

Pl. 18 à 38€

A 21h. du mardi au samedi,
matinée le samedi à 16h.30

Relâche le 30 Mars 2011

Mise en scène : Vincent PEREZ

avec Elsa ZYLBERSTEIN et Vincent PEREZ.

letempsqui.jpg

Plateau nu, coulisses comprises. Pour le décor, on repassera .
Vincent Perez danse pas tout à fait comme un dieu mais presque.
Une femme entre sans qu'il s'en aperçoive et le regarde faire  ...
Surprise quand il découvre sa présence.
Qui sont ils ? Elle est venue lui demander de l'aider à retrouver son père qu'elle cherche depuis toujours, ou presque. Or comment se trouver soi-même si on est en perte de racines ? Et lui, qui est il au juste ? Un détective, un psy ? Apparemment, il cumule les fonctions. Questions - réponses. Il en sera ainsi durant tout le spectacle et tout au long des différents tableaux qui chacun correspond à une journée. Plus exactement à une visite par jour. Nous, spectateurs, apprendrons que le 26 Mai est un jour fatal. Ce spécialiste de l'abandon demandera,
- vous aimez paraître ? ...
- non, plutôt disparaître (répondra t-elle.)
Seulement elle est là, chaque jour et revient, tout de rouge vêtue.
Parfois, elle halète comme un petit chien.
- Je ne sais faire qu'une chose à la fois (dira t-il)
- C'est vrai, vous êtes un homme (soulignera t-elle)
Le père sera retrouvé à St-Malo et peut-être pour remercier inconsciemment l'enquêteur, elle trouvera en lui l'homme qui lui faisait défaut.
Ce texte s'apparente plus à celui d'une nouvelle qu'à un exercice théâtral proprement dit mais il nous permet de retrouver Vincent Perez toujours aussi beau, incroyablement jeune. Tout comme Dorian Gray, les années n'ont aucune prise sur lui. Ses gestes sont d'une élégance extrême, sans l'ombre d'une préciosité, de façon liée comme ceux d'un danseur mais avec un parfait naturel.
Elsa Zylberstein est sculpturale et son jeu précis. Impossible toutefois d'ajouter que c'est un grand moment de théâtre car l'action démarre vraiment en dernière partie or si vous avez eu la patience d'attendre ce dénouement, cela valait la peine, plus du fait des deux comédiens que de celui du texte.

Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

temps-passe.jpg

photos : Charles Cannet

22:22 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.