Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/03/2011

Le truc de Vanessa Mikowski et Natacha Achor

THEATRE du MARAIS

37, rue Volta

75003 PARIS

(M° Arts et Métiers)

loc. 01 45 44 88 42

Pl. 18€ - T.R. 12€

Jeudi, vendredi, samedi à 21h.15

jusqu'au : 22 avril 2011

Mise en scène : Vanessa Mikowski
assistée de Joanna Espinosa

avec Aurélia Crebessegues (Amanda)

et Emilie Glémet (Victoire)

 

le-truc.jpg

 

Rythme de boîte à musique. Une fille est assise par terre, bras enserrant ses genoux, un réveil posé devant elle, à ses pieds. Tricherie avec l'heure ...
Arrivée intempestive d'une voisine (du moins se présente t-elle ainsi) venue emprunter un tire-bouchon.
Victoire -  c'est le nom de l'occupante des lieux - n'a pas envie de répondre et " la fourmi n'est pas prêteuse " mais finalement, cédera à la sollicitation.
Deux ans qu'elle se terre là, deux ans qu'elle imagine ce qu'elle pourrait faire de ses soirées et ... ne sort pas. Alors quelqu'un qui s'incruste et vient mettre la pagaille, c'est toujours bon à prendre !  Ces deux là se ressemblent comme le jour et la nuit. La nouvelle arrivée raconte une histoire à dormir debout avec de toute évidence, la ferme intention de faire sa pelote ici : un peu à la façon d'un chat qui se faufile dans une maison qui n'est pas la sienne mais va le devenir.
Qui est-elle ? D'où vient-elle ? Mystère. Elle prétendra habiter l'immeuble et fuir un dénommé Francky mais c'est visiblement faux. Juste un prétexte destiné à se procurer un endroit pour la nuit, un lit où dormir et pourquoi pas, quelques billets à dénicher au fond de l'une de ces multiples boîtes qui se trouvent sur l'étagère ... Ange ou démon ? Va savoir ! Cette pièce écrite par deux filles, jouée par deux filles contient on le devine, une part autobiographique mais également aussi un tas de non-dits. Bref, le résultat est un peu brouillon. Moins sulfureuse que Les Bonnes de Jean Genet, la filiation en est cependant revendiquée.
Le caractère de Victoire est brossé avec soin mais celui de la pseudo Amanda, reste flou en dépit d'une extraversion affichée. Quand la pièce se termine, la spectatrice que je suis cherche toujours " le truc. " ... Il faut juste espérer que certains plus finauds que moi l'auront trouvé.

Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com 

 

letruc-2.jpg

 

 

22:10 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.