Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/01/2011

Aimez-vous la nuit ? de Julien Séchaud.

aff.la-notte.jpg

Théâtre Le Guichet Montparnasse

15, rue du Maine

75014 PARIS

(M° Montparnasse)

loc. 09 75 75 18 18

les dimanches à 15h.30

prochaines représentations,

30 janvier, 6 février, 20 & 27 mars,

3 et 10 avril, 15, 22, 29 Mai 2011

Mise en scène : Annie Vergne

avec Laurence Allainmat, Anne-Chantal Bourdillat, Ghislain Geiger, Julien Séchaud, Annie Vergne et la participation d'Isabelle Delage.

 

" Le soleil a rendez-vous avec la lune, mais la lune n'est pas là ... "

Nous connaissons tous cette chanson que reprendra tel un leitmotiv, cette femme plus très jeune, qui serre incroyablement un nounours sur son coeur.
Est-elle folle ? ... Qui est-elle ? ... Où sommes nous ?
Quelqu'un est couché à proximité enfoui sous une couverture.
Arrive une autre femme sorte d'assistante sociale, à l'allure décidée bien sûr, qui ne tardera pas à annoncer une visite ... Mystère !
En réalité nous sommes sur un quai de gare, désert à part ces quelques là, si on ajoute ce voyageur un peu inquiet qui attend désespérément qu'un train arrive ...  Mais un haut parleur annoncera ponctuellement des retards allant crescendo. Léa, c'est ainsi que se nomme la dame-qui-chante-et-parle-tout-le-temps, commence à sérieusement agacer le jeune homme.(Bruno).
Et puis il y a Mattias sorti de son sommeil ...
Une ambiance mâtinée de Sartre et de Beckett se met en place mais pas seulement.
Au fil des confidences livrées de plus ou moins bonne grâce, l'impression que ces personnages se trouvent dans une sorte de Purgatoire va peu à peu devenir évidente. Le spectateur constate alors que ce diable de jeune auteur le fait passer par tous les sentiments.
- Irritation : quand il ne comprend pas encore,
- Inquiétude : à force de se demander ce que tout cela signifie et quelle sera la suite ?
- Tendresse, voire émotion quand nous en saurons un peu plus et que deux êtres vont se retrouver ... (un temps.)
Mattias quant à lui est un inadapté à la vie.
Il ne la supporte pas, n'aspire qu'à retrouver le néant dont chacun est issu.
De tous, au final,  un personnage pourra dire " Le ciel peut attendre. "
Beaucoup d'humanité ressort de ce texte dont le caractère dérangeant ( car dans son sillage, nous devrons bien nous poser quelques questions à tendance métaphysiques ! ) ne saurait tuer la poésie.
Et puis, nous retrouvons Annie Vergne sur scène où elle se fait trop rare à notre goût et c'est un réel moment de bonheur. Ghislain Geiger (Bruno) reste parfaitement concentré sur son rôle et une parfaite symbiose entre tous devrait rapidement se mettre en place pour cette pièce qui ne fait que démarrer.
Beaucoup sortiront avec en tête un certain refrain pour le reprendre là où ils l'avaient laissé,

 " ... Et  le soleil l'attend."  

Ce qui tombe bien puisque en dépit du titre, la pièce se joue en matinée.

Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

Aimer-nuit.jpg


 

13:01 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.