Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/11/2010

Tout doit disparaître de Laurent Leclerc

tout-doit-h2.jpg

 

LES DECHARGEURS

3, rue des Déchargeurs

75001 PARIS

(M° Châtelet)

loc. 08 92 70 12 28

Pl. 22€ - T.R. 10 à 18€

du mardi au samedi à 20h.

 

Mise en scène,

Margaux Delafaon & Laurent Leclerc

avec Margaux Delafon.

 

Un étrange personnage fait son apparition : masqué, ganté, chapeauté et basketisé. La dame - car c'est une ancêtre - trottine allègrement, s'exprime d'une voix cassée tout en faisant preuve d'une énergie surprenante pour ses 93 ans.
Margaux Delafon est seule en scène mais nous fera voir tous les personnages exprimés. Elle saute de l'un à l'autre et pour ce faire, en l'espace d'une seconde change de maintien et de voix.
Mais voici les héritiers qui arrivent voulant absolument que leur mère quitte les lieux où vraiment, elle ne peut plus rester ! La dame s'insurge, elle est très bien ici et compte y demeurer jusqu'à l'échéance suprême. Seulement voilà, nos sociétés actuelles s'organisent autrement. On a construit pour les vieux, d'immenses poubelles aseptisées et Daphné si l'envie d'écrire devient sienne risque bien de signer ... du Mouroir. Après l'avoir piégée, la descendance retourne sans remords à la vraie vie.

Notre nonagénaire n'a plus qu'à composer avec ses compagnons d'infortune qui sans doute vont avoir quelques surprises ...
On rit beaucoup mais jaune évidemment car c'est un miroir que ce spectacle nous tend. Oh certes ! nous avons des excuses ... appartements de plus en plus exigus, vie trépidante qui ne nous laisse plus le temps nécessaire pour nous occuper de quelqu'un d'autre que nous. Il fallait utiliser le ton de la farce pour véhiculer le message. L'auteur, Laurent Leclerc maîtrise l'art de parler des choses graves non pas légèrement mais avec cet humour qui fait tout passer.
La comédienne s'implique corps et âme dans cette composition qu'elle mène de bout en bout avec un soin du détail et le public ne décroche pas une seconde. C'était une gageure mais le pari est réussi, ô combien !

Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

tdd-en-large.jpg


10:33 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.