Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/11/2010

La dame au petit chien d'Anton TCHEKHOV -

tchekhov-h.jpg

 

 

Théâtre de la Huchette

23, Rue de la Huchette

75005 PARIS

(M° St-Michel)

loc. 01 43 26 38 99

Pl. 26€ - étud. 15€

Adaptation : Claude MERLE

Mise en scène : Anne BOUVIER,

avec Jean-Pierre BOUVIER et Gaëlle MERLE.

 

L'histoire commence à Yalta, lieu ô combien célèbre, mais à l'époque encore simple station balnéaire, située en bordure de la mer Noire. On y vient se reposer et si un événement fortuit n'est pas au rendez-vous on peut fortement s'y ennuyer.
Dimitri est un banquier qui fuit ici sa famille et ses affaires.
Anna prétextant un problème de santé est venue pour oublier en compagnie de Boris (son petit chien) une vie monotone qui se déroule habituellement auprès d'un mari qu'elle n'aime pas. Ce qui va advenir était en quelque sorte inévitable.
L'homme qu'elle rencontre ici est un séducteur, habitué aux nombreuses aventures ...
C'est une jeune femme élégante d'une discrétion de bon aloi, qui fera preuve par la suite d'une imagination débordante et notre séducteur sera séduit.
Il va tout oublier auprès d'elle et se prendre au jeu de cette vive ironie.
Bien entendu, il n'est pas encore conscient de ce qui se passe sur le plan sentimental et seule l'absence sera révélatrice.
Or un homme d'affaires n'abandonne pas tout du jour au lendemain, pas plus qu'un homme marié ne quitte sa famille pour ce qu'il croyait n'être au départ qu'une simple aventure ... 
Claude Merle a en quelque sorte matérialisé le récit d'Anton Tchekhov, rendant les personnages plus ancrés dans la vie réelle. La mise en scène d'Anne Bouvier souligne le caractère torride des relations du couple, alliant l'esthétisme à une efficacité voulue. Nous connaissons depuis longtemps le talent de Jean-Pierre Bouvier et face à lui, Gaëlle Merle est physiquement la partenaire idéale. Peut-être lui manque t-il juste un peu de cette enivrante fantaisie slave, qui rend la fragilité attirante alors que la comédienne a tendance à cantonner son jeu dans une raideur agressive ? A cette petite réserve près, la pièce n'étant jouée qu'un soir par semaine, cela ne fait donc que commencer, le texte est savoureux, les images très belles et l'on passe un fort bon moment.

Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

dame-pt.chien.jpg

Photos : LOT

12:33 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.