Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/11/2010

L'illusion comique de Pierre Corneille.

Matamore.jpg

Théâtre d'Ivry Antoine Vitez

1, rue Simon Dereure

94200 IVRY

(M° ligne 7 : Mairie d'Ivry - RER C : Ivry)

loc. 01 43 90 11 11

jusqu'au 1er DECEMBRE 2010

les mardi, mercredi, vendredi & samedi à 20h

jeudi à 19h & dimanche à 16h.

relâche le lundi.

 

Mise en scène : Elisabeth Chailloux

avec Raphaèle Bouchard (Isabelle) - Frédéric Cherboeuf (Clindor) - Etienne Coquereau (Géronte, le Geolier, Eraste) - Jean-Charles Delaume (Matamore) - Malik Faraoun (Alcandre) - François Lequesne (Pridamant) - Adrien Michaux (Dorante, Adraste, Rosine) - Lara Suyeux (le Page, Lyse) -

 

Nuit noire ... un esprit facétieux me souffle : " tiens, les lampes de poche existaient déjà ? " - Le la est donné, le spectacle se veut intemporel. Voyons si l'écriture de Corneille y résistera ? Matamore dont le costume est déjà plus évocateur de l'époque nous assène ses gasconnades éhontées, ce à la grande joie du public.
Il est vrai que Corneille ne s'embarrasse pas toujours de nuances même si en revanche il balance presque toujours entre deux choix à faire ...
La situation est à merveille illustrée par Clindor qui oscille entre Lyse et Isabelle.
Les péripéties vont bon train au rythme des alexandrins quelque peu martelés mais que les interprètes maîtrisent nonobstant, assez bien. Certes, il y a toujours ce fichu décalage entre comportements et moeurs de l'époque à laquelle tout cela fut écrit. Il est vrai que les talons rouges sont désormais remplacés par des talonnettes et personne ne peut y gagner en élégance or débiter en dehors d'une répétition, un monologue en maillot de corps est une démarche pour le moins ... surprenante, dirons -nous. Brassens mettant ses pas dans ceux de Tristan Bernard a fait école : " j'ai vingt six ans, mon vieux Corneille et je t'emmerde en attendant. " Elisabeth Chailloux a dû à une époque se passer le disque en boucle.
Mais fort heureusement pour elle, cette pièce reste atypique et additionne les genres. La tragédie succéde à la comédie et on découvre en toute fin que ce n'était qu'une farce.
Alors ne jouons pas trop les puristes même si j'eusse préféré que la barre se situât un peu plus haut.

Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

Illusion-comique.jpg

Photos : Bellamy

 

15:35 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.