Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/11/2010

Something Wilde d'après Salomé de Oscar Wilde

something-h.jpg

Théâtre Artistic Athévains

45 bis RUE Richard Lenoir

75011 PARIS

(M° Voltaire : actuellement, Faidherbe-Chaligny)

loc. 01 43 56 38 32

Pl. 30€ - T.R. 20€

séniors, étudiants (mecredi & jeudi) jeunes - 26 ans : 10€

jusqu'au 14 novembre 2010,

mardi 20h. mercredi & jeudi 19h. vendredi 20h.30

samedi 16h & 20h.30 - dimanche 16h. relâche lundi.

 

mise en scène : Anne Bisang.

avec, Georges Bigot, Juan Bilbeny, Lolita Chammah, Vanessa Larré, Julien Mages.

 

Cette Salomé (Lolita Chammah) fort peu biblique, semble destinée à illustrer le rôle de la femme fatale au travers des siècles. Imaginée par Oscar Wilde, comment s'en étonner ? ... Jean le Baptiste, (Julien Mages) alias Iokanaan, ne succombera pas à ses charmes mais n'en perdra pas moins la tête.
Le décor est circulaire esquissant symboliquement avant l'heure, le moment où le trophée sanguinolant de cette Messaline en herbe échouera dans le plat.
Le spectacle flirte en permanence avec le 7ème Art, la fille d'Hérodias ressemblant tour à tour à Louise Brooks pour ensuite arborer la blondeur d'une interprète de Fassbinder à moins qu'il ne s'agisse tout simplement de Baby-Doll.
Un projecteur sur pied ne quittera du reste pas la scène, isolant cette Salomé de cabaret dans un halo de lumière, en réplique à l'immense lune, là-haut.
Tout aussi décalés sont les autres personnages ...
Hérodias (Vanessa Larré) juchée sur des jambes immensément belles, ressemble à un grand échassier, hurle et glapit comme une hyène tout en faisant les cent pas.
L'excellent Georges Bigot compose ici un Hérode Antipas complexe, tour à tour concupiscent, veule et d'une générosité incroyable quand il s'agit de sauver cet homme dont la personnalité l'impressionne.
Nous savons qu'en dépit de ses propositions les plus folles, il n'y parviendra pas mais la justice immanente aura le dernier mot illustrée en toute fin par un bruit d'arme à feu pour le moins anachronique (autant que l'était le costume du tétrarque en question). Quant à la célèbre danse des 7 voiles, il faudra nous contenter de ce qui nous est proposé. A force de sophistication la mise en scène d'Anne Bisang a pratiquement gommé la sensualité de l'histoire. Dommage ...


Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

something.jpg

Photos : LOT

10:33 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.