Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/10/2010

Les Chiche Capon : Le Oliver Saint John Gogerty

visuel-chiche.jpg

La Pépinière Théâtre

7, rue Louis le Grand

75002 PARIS

(M° Opéra)

loc. 01 42 61 44 16

chaque lundi à 21h.

Pl. 25€ - 15€ pr - 26 ans

Spectacle écrit, mis en scène et interprété par Les Chiche Capon,

- Fred Blin, Matthieu Pillard

& Ricardo Lo Giudice

Avec les complicités de Patrick de Valette,

Grégory Lackovic, Doriane Moretus.

 

Capons-echelle.jpg

 

On a coutume de dire que les techniques évoluent au fil des temps mais pas l'homme dont le comportement reste désespérément immuable. Ces trois là se sont ingéniés à nous le démontrer de façon clownesque, bien entendu. Spectacle pour enfants allez-vous dire ? Pas précisément, ce que dément l'heure à laquelle il est programmé mais force est de reconnaître que nos petites têtes blondes, rousses ou brunes, converties pour une fois en couche-tard étaient bien les premières à réagir.
Un dialogue s'est même engagé entre la scène et la salle de façon complètement inédite. Car c'est cela la grande question : quelle est la part d'improvisation dans ce spectacle qui sans doute change de visage d'un lundi à l'autre ?
Pourtant et pour reprendre l'expression populaire : " tout est réglé comme sur du papier à musique. " La moindre imprécision et ce serait le bide. Nous en sommes loin car les incidents ne sont en réalité que fictifs, tout a rigoureusement été mis au point, impossible d'en douter. De l'homme préhistorique à l'homme moderne qui organise ses loisirs chez Castorama, en passant par un dérisoire et tournoyant Roi-Soleil, à y regarder de près, il n'y a finalement qu'une subtile différence, de même entre l'homme et le chien. Ils rugissent l'un et l'autre quand ils sont en colère et il leur arrive d'aboyer. Nous dans la salle, on se marre ... ce qui finalement est le stade le plus abouti de la civilisation, vous ne croyez pas ? Par conséquent et afin de le prouver, vous savez ce qu'il vous reste à faire, ce dès lundi prochain. Juste un petit conseil : n'oubliez pas de réserver car " ça se bouscule au portillon. "

Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

 

chiche-capon.jpg

 

 

14:47 Publié dans THEATRE | Lien permanent

24/10/2010

Compartiment fumeuse de Joelle Fossier

gardienne.jpg

AIRE FALGUIERE

55, rue de la Procession

75015 PARIS

(M° Pasteur)

loc. 01 56 58 02 32

Pl. 20€ - T.R. 10 & 15€

vendredi, samedi à 20h.45

dimanche à 15h.30

dernière le : 31 octobre 2010

Mise en scène : Nicolas Malrone

avec Ivana Coppola, Géraldine Moreau-Geoffrey et Anne Kerylen.

 

le-bateau.jpg

 

Deux femmes qui, logiquement n'auraient jamais dû se rencontrer, vont partager la même cellule, en prison. Blandine est une aristocrate qui a commis un meurtre et Suzette une sorte de petit gavroche breton qui s'est fait pincer pour avoir émis un chèque en bois des îles ... Multirécidiviste, elle croupit là depuis deux ans.
Entre elles, de façon sporadique au fil des contrôles, une surveillante arrive pour assurer l'éventuelle répression mais également pour améliorer partiellement le menu de la semaine sous forme de pain, beurre, ersatz de café et cigarettes.
Géraldine Moreau-Geoffrey est une Suzette tout à la fois mordante et pétillante. Complètement extravertie, elle déborde d'énergie et par constraste, met en valeur le jeu subtil et précis de sa partenaire, Ivana Coppola qui prête son envergure au personnage de Blandine, femme riche et distante que le sort n'a cependant pas épargnée. La cohésion aura lieu entre ces deux êtres si différents.
Plus scabreux est le rôle de la surveillante pas franchement sympathique mais que Anne Kerylen campe avec rigueur et une puissance indéniable.
Ces trois personnages illustrent un certain fonctionnement de la société actuelle, faite d'injustices, de scandales étouffés et de refoulements secrets mais pas seulement car un amour désintéressé permet de déboucher sur l'espérance que Joelle Fossier laisse entrevoir par le biais de son écriture belle et forte.
La direction d'acteurs (actrices en la circonstance ...) mise au point par Nicolas Malrone est tout à la fois sensible et intelligente, le seul petit point faible étant peut-être une scénographie un peu trop succincte mais qui a l'avantage d'axer notre attention sur le jeu des interprètes. Cette pièce est à voir absolument.

Simone Alexandre
www.theatrateurs.com

fumeuses-3.jpg


16:52 Publié dans THEATRE | Lien permanent

FOOTLOOSE, la comédie musicale Pop/Rock.

visuel-foot.jpg

ESPACE PIERRE CARDIN

1, avenue Gabriel

75008 PARIS

(métro & parking : Concorde)

Réserv. 0 892 68 36 22 (0,34€/min)

Pl. 48,30€ - 39,50€ - 26,30€

du mardi au samedi à 20h.30

samedi & dimanche à 15h.30

d'après le scénario de DAN PITCHFORD.

avec Arno DIEM, Tatiana MATRE, Fabrice de La VILLEHERVE, Lisbeth GULDBAEK, Yann HERVE, Lina STOLTZ, Gwenaëlle DERAM, Eric NICOLAS, Cerise CALIXTE, Christian SCHUMMER, Caryn TRINCA, Adrien OVAKI, Nicolas TURCONI, Stéphanie GINEAU, Alexis LOIZON et Alberto CENTOFANTI.

 

la-station.jpg

 

Le style comédie musicale américaine ne constituant pas ordinairement " ma tasse de thé " (comme on dit) je mentirais en affirmant que j'ai accroché tout de suite.
Beaucoup de clinquant, une sono un peu trop forte, des projecteurs qui s'amusent à aveugler le public mais par dessus tout cela, il faut le reconnaître, une équipe de jeunes comédiens-chanteurs-danseurs (parfois acrobates) qui ont une pêche de tous les diables !
Nous connaissons la place tenue par la religion aux Etats-Unis, par conséquent nous ne nous étonnerons pas du pouvoir hégémonique que ce pasteur exerce sur les ouailles de sa paroisse. Or à quelques temps de là, un drame est survenu et depuis, cet homme a décidé d'interdire la danse et la musique rock à toute la bande de jeunes dont il pense avoir la responsabilité.
Il suffira de l'arrivée d'un nouveau membre dans la communauté, lui-même traumatisé pour d'autres raisons afin que l'ordre établi bascule et peut-être, finalement, dans le bon sens ? ...
Un beau garçon, une histoire d'amour, une rivalité, le schéma reste très made in U.S.A. et la traduction et adaptation que l'on doit aux soins conjugués de Nicolas Laugero-Lasserre et Jacques Collard se veut visiblement respectueuse de l'oeuvre initiale. Pourquoi en serait-il autrement puisque le spectacle a fait un tabac tant à Broadway qu'à Londres et ce, durant plus de 4 ans ?
Les filles rêvent toutes ici du mari idéal et les garçons affichent des allures de cow-boys. Bien que n'étant pas de culture anglo-saxonne, tant d'énergie force l'admiration d'autant que le spectacle - qui vient de démarrer - ne peut que s'améliorer de jour en jour.
Parfois il est bon de se laisser porter sans trop se poser de questions et de vivre l'instant présent en se disant que c'est la fête, tout simplement.

Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

footloose-4.jpg

photos : Jean-Michel G

15:43 Publié dans SPECTACLE MUSICAL | Lien permanent