Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/09/2010

Richard III (ou presque) de Timothy Daly

richard3.jpg

 

Théâtre du Lucernaire

53, rue N.D. des Champs

75006 PARIS

(M° N.D.des Champs)

loc. 01 45 44 57 34

Du mard au samedi à 21h.30

Matinée le dimanche à 15h.


jusqu'au : 7 NOVEMBRE 2010

 

Traduction : Michel Lederer

Mise en scène : Isabelle Starkier.

avec Daniel Jean (Guy Laurence) - Pierre-Yves Le Louarn (Bernard)

 

De l'endroit où ils se trouvent (ce qu'ils préciseront plus tard) ces deux là vont attaquer Richard III au hachoir et passer les morceaux à la moulinette de leur introspection aussi personnelle que critique.
Certes, le mode d'expression est excessif mais les deux comédiens font preuve d'une indéniable expérience et d'un incontestable talent même s'il y a parfois un peu trop de cris et une outrance dans le geste or n'oublions pas qu'il s'agit une fois de plus de théâtre dans le théâtre.
Pour expliquer leur présence en cet endroit pour le moins étrange, l'un prétendra que c'est la conséquence des réformes en cours, les autorités gouvernementales ayant décidé de les parquer en ce lieu, ce qui au final reviendrait moins cher que de les prendre en charge au titre des indemnités auxquelles ont droit les intermittents du spectacle. O ironie !
Cela dit, ils ne sont pas mécontents de leur sort : logés, nourris et apparemment, on leur fournit même quelques accessoires afin de leur permettre de se livrer à leur occupation favorite : jouer.
Atmosphère à la Orwell car d'évidence, ils sont surveillés, pire canalisés.
Au signal, démarrage d'une scène puis brusque et péremptoire intervention sonore; là, ils  arrêtent pour reprendre un peu plus tard avec toujours à disposition ce micro insolite lequel il est vrai, a permis l'explosion de ces bruitages et autres onomatopées dont on le sait, les bambins raffolent ...
Les comédiens ne sont ils pas de grands enfants ? Ils vont faire preuve ici de tous les excès dont ces derniers sont capables mais avec en plus, la cruauté des adultes. Bref, ils se défoulent comme des mômes et s'affrontent comme des grands.
La musique de Stockhausen vient un temps, parfaire l'ambiance ...
Il leur est impossible de sortir et resteront donc coincés en ce lieu où leur comportement pourrait presque nous faire croire qu'ils sont dans un asile de fous. Mais non, tout va s'expliquer à la fin et cette plongée dans le monde actuel justifiera ce qui a précédé. En tout cas, on ne peut dire qu'une chose, ils ont OZ...é !

Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

Richard-III.jpg

photo : Jean-Pierre Benzekri.

14:42 Publié dans THEATRE | Lien permanent

28/09/2010

Le roi se meurt d'Eugène Ionesco.

leroi-seul-h.jpg

COMEDIE DES CHAMPS ELYSEES

15 avenue Montaigne

75008 PARIS

(M° Alma-Marceau)

loc. 01 53 23 99 19

Pl. 53, 43, 33 & 18€

- de 26 ans : 10€ du mardi au jeudi.

Du mardi au samedi à 20h.45

Dimanche à 16h.30

Mise en scène : Georges WERLER

avec Michel BOUQUET, Juliette CARRE, Sophie ARTHUR, Christian BOUILLETTE, Vanessa FONTE, Pierre FOREST.

 

Chaque jour nous rapproche un peu plus de la mort mais nous ne voulons pas le savoir. L'attitude du roi Béranger n'est donc pas surprenante ...
Qu'importe son âge, n'est-il pas encore jeune puisque sa seconde épouse, la reine Marie est aux petits soins pour lui ? Et Marie est charmante ... l'absolu inverse de la vieille reine, Marguerite, première épouse visiblement pressée de voir son royal époux plier bagage. Tandis que le roi s'accroche désespérément à la vie, tout autour de lui s'écroule en un sinistre présage.
Michel Bouquet est Béranger 1er, et nous autres spectateurs ne le quittons pas des yeux, sommes suspendus à ses lèvres non à cause de sa célébrité mais tout simplement parce que nous savons que la perfection du jeu est au rendez-vous ce, à tel point que nous allons en permanence le confondre avec son personnage tout au long du spectacle. Ce n'est pas un comédien qui joue mais un être qui vit et s'exprime tout simplement. Et pourtant, nous sommes au théâtre tout est là pour nous le rappeler. Juliette Carré campe avec une emphase altière le rôle de la reine Marguerite, sorte d'Agrippine égarée dans cette farce burlesque. Elle lance le texte tel un javelot qui battrait les records de grande distance ... et ce couple mythique à l'expression très contrastée, oblige ses partenaires à placer la barre très haut.
C'est donc à un grand moment de théâtre auquel nous sommes conviés, lequel dépasse sans nul doute les dimensions prévues par l'auteur. Il y a par dessus tout cela, la mise en scène sobre, sans esbrouffe mais efficace de Georges Werler.
De même que les spectateurs ont coutume à grand renfort d'applaudissements de rappeler sur scène les interprètes exténués, nous ne pouvons que souhaiter une longue et multiple agonie à ce roi qui se meurt chaque soir pour notre plus grand plaisir.

Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

le-roi-1.jpg

Photos : Bernard RICHEBE

08:41 Publié dans THEATRE | Lien permanent

27/09/2010

Les 39 marches de John Buchan et Alfred Hitchcock.

39marches-h.jpg

THEATRE LA BRUYERE

5, rue La Bruyère

75009 PARIS

(M° St-Georges)

loc. 01 48 74 76 99

Pl. 37€ - 27€ - 21€

Du mardi au samedi à 21h.

Matinée le samedi à 15h.30

SUCCES - PROLONGATION

MOLIERE DE LA PIECE COMIQUE

MOLIERE DE L'ADAPTATEUR.

Adaptation française : Gérald SIBLEYRAS

Comédie mise en scène par Eric METAYER.

avec Jean-Philippe BECHE, Christophe LAUBION, Eric METAYER, Herrade VON MEIER.

 

Londres, 1935 et pour nous spectateurs, un démarrage avec le théâtre dans le théâtre où depuis les baignoires situées côté jardin et côté cour, un éphémère couple à venir regarde Mr Memory dans son numéro de haute voltige mémorielle.
 
Le spectateur, Richard Hannay (Christophe Laubion) aura à piene le temps de s'amouracher d'Annabella Schmidt (Herrade von Meier) la belle espionne, qu'il lui faudra quitter son Angleterre natale pour l'Ecosse avec tout Scotland Yard aux trousses alors qu'il est absolument le seul à pouvoir sauver le monde d'une catastrophe effroyable. La police le recherche tandis qu'il recherche lui-même le cerveau diabolique qui est à la base de ce qu'il vient d'apprendre ...

En tout et pour tout, ils sont quatre lesquels vont à un rythme démentiel faire vivre sous nos yeux 150 personnages et parfois la métamorphose ne tient qu'à un couvre-chef mais ... ça marche !

Eric Métayer est désormais notre nouveau Mr 100 000 volts ! Ce diable d'homme hilarant au possible, semble avoir une idée par seconde et si nous n'étions installés aussi confortablement nous peinerions à le suivre ...

C'est du délire à l'état pur ! Les personnages nous font penser à ceux d'une bande dessinée tant les images sont rapides, l'humour omniprésent, reléguant du même coup Sherlock Holmes et Tintin au magasin des accessoires. Tous sont vifs, drôles et hyper-actifs.

Si un spectacle n'a pas volé son Molière, c'est bien celui-là !

 
Par conséquent, courez y vite mais aiguisez vos neurones car ils ont 39 longueurs d'avance et à tout berzingue ...

Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

 39marches-L.jpg

Photos : LOT


16:16 Publié dans THEATRE | Lien permanent

20/09/2010

Nono de Sacha Guitry.

vis.Nono.jpg

 

THEATRE de la MADELEINE

19, rue de Surène

75008 PARIS

(M° Madeleine)

loc. 01 42 65 07 09

Pl. de 15 à 42€

10€  pour - de 26 ans du mardi au jeudi.

www.theatremadeleine.com

Du mardi au samedi à 21h.

matinée le dimanche à 15h

Comédie mise en scène par Michel Fau

avec Julie Depardieu (dans le rôle titre) - Michel Fau étant Robert, Xavier Gallais : Jacques - Brigitte Catillon, Madame Weiss - Sissi Duparc : Marie - Roland Menou & Davy Vetter, les majordomes.

 

Décor à l'ancienne, peint en trompe l'oeil. N'oublions pas qu'il s'agit ici de la première pièce en 3 actes que le jeune Guitry (il n'avait alors que 20 ans) a écrite en 1905. Nous sommes dans un luxueux salon particulier où deux personnages à l'extrême élégance se font une scène. Visiblement, l'homme a rendez-vous avec quelqu'un d'autre et la femme que Barbey d'Aurevilly aurait désignée comme " une vieille maîtresse " s'incruste.
Il s'ensuivra de savoureuses répliques teintées de cruauté, conséquence d'une liaison usée jusqu'à la trame. La dame à peine sortie, une autre plus jeune arrive drapée dans une robe aussi scintillante qu'une nuit de Noël.
Il s'agit d'Antoinette Berger, petite amie du meilleur ami de l'homme présent, dite Nono diminutif à valeur de surnom porté par une femme dont la principale activité est de dire oui. La jeune personne se déplace en sautillant telle une geisha mais à un rythme nettement plus occidental  ...
L'homme est un dandy décadent à la coiffure asymétrique ce qui l'oblige à repousser constamment une mèche d'un geste peu viril.
N'importe, Nono lui plaît laquelle habituée à ces sortes d'hommages s'en rendra compte tout de suite. Elle est venue en éclaireur - en quelque sorte - et Jacques son amant, ne tardera pas à rejoindre le couple en manifestant la passion dont il brûle sous l'oeil teinté de convoitise de la dernière victime en date.
Ce qui devait arriver arrivera mais ne comptez pas sur moi pour vous en narrer le détail puisque ce faisant, je vous priverais d'un bien grand plaisir.
Car le jeune Guitry était déjà en possession de tout son talent et les répliques font mouche à tout coup.
Les admirateurs de Julie Depardieu la retrouveront avec plaisir, mais une mention spéciale mérite selon moi d'être décernée à Brigitte Catillon qui est une Madame Weiss alliant élégance indéniable (nonobstant ses incroyables chapeaux) à une sobre et réelle autorité de comédienne au charme indiscutable.
D'évidence, Xavier Gallais s'amuse beaucoup en s'adonnant à des acrobaties physiques et vocales pour le moins étonnantes ...
Bref, une soirée agréable vous attend si vous décidez de prendre le chemin qui mène au Théâtre de la Madeleine, le grand Guitry nous rappelant que l'esprit français - hélas tombé en désuétude - eut grâce à lui, son heure de gloire.

Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com 

Julie-depardieu.jpg

Photo Crédit/Hartmann.


 

12:41 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Dernière station avant le désert de Lanie Robertson.

Desert-select-h.jpg

PETIT ST-MARTIN

17, rue René Boulanger

75010 PARIS

(M° Strasbourg St-Denis)

loc. 01 42 02 32 82

Pl. 30€ - T.R. 17€

Du mardi au samedi à 20h.30

matinée le samedi à 17h.

Jusqu'au : 20 NOVEMBRE 2010 -

 

Adaptation : Gilles SEGAL

Mise en scène : Georges WERLER

avec : Vincent GRASS (Pete) - Emeric MARCHAND (Clancy) - Florence MULLER (Sally) - Frédéric PELLEGEAY (Major) - Benjamin PENAMARIA (Sergent Kelly) -

 

La première pensée venant à l'esprit du spectateur est que l'espace scénique est  remarquablement utilisé. Chaque élément scénographique (nous le constaterons par la suite) a une fonction précise, ce qui semble logique mais n'est pas toujours le cas. Tout a pour mission de s'inscrire dans la réalité - autrement dit - dans l'action.
Pete, ce vieux mari roublard et quelque peu vicieux est derrière le comptoir et par conséquent, à la caisse ...
Clancy, l'amoureux éperdu, traumatisé par tout ce qu'il a vécu, feint d'être occupé à résoudre des mots croisés alors qu'il ne perd pas une miette de ce qui est dit.
Et puis entre ces deux là, virevoltante, il y a Sally, le piège sexuel par excellence, tout à la fois victime et manipulatrice, celle par qui tout peut arriver ...
Visiblement, elle ne tient pas en place attendant impatiemment un coup de fil qu'elle désignera comme un projet de showbiz mais dit-elle la vérité ?
D'évidence, Sally symbolise le problème qui existe entre ces deux hommes.
Pete est brutal avec elle ce qui met Clancy hors de lui mais ce dernier a peur, une peur panique qui lui colle à la peau tandis que cette femme le rend complètement fou, l'excitant et l'incitant à éliminer l'autre ... On pense immanquablement au film de Bob Rafelson," Le facteur sonne toujours deux fois " alors que peu à peu, quand on commence à comprendre ... c'est le " Birdy " d'Alan Parker qui nous revient en mémoire.
Le théâtre américain fut rapidement influencé par la réalité cinématographique et désormais plus personne ne s'étonne de ce manque d'étanchéité qui fit jadis, hurler les anciens.
L'écriture est âpre et le thème bien que dérangeant ne surprendra personne car nous savons tous qu'il a pu être et demeure d'actualité avec cette part inavouée car inavouable que taisent les médias.
Peu après la création de la pièce, l'auteur fut l'objet de menaces de mort et  dut quitter le Texas, accusé de cracher sur l'Amérique en insultant l'armée.  
Ici, la mise en scène et il faut plus particulièrement saluer la direction d'acteurs que l'on doit à Georges Werler, tire le meilleur parti du texte, mettant chaque interprète en valeur, de façon optimale.
L'action se décompose en deux temps, il y a d'abord ce qu'il nous est donné de voir et puis brusquement tout bascule en direction de ce que nous n'avions pas prévu, (c'est donc fichtrement habile) et très paradoxalement, par le biais de l'explication, l'intérêt s'en trouve décuplé.
Cette pièce est donc à voir pas seulement pour entretenir un sentiment pacifiste mais aussi pour se confronter crûment à la réalité des choses que d'aucuns voudraient croire exagérée alors qu'il n'en est rien.

Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

Desertenlarge-1.jpg

Photos : LOT

09:57 Publié dans THEATRE | Lien permanent