Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/09/2010

Richard III (ou presque) de Timothy Daly

richard3.jpg

 

Théâtre du Lucernaire

53, rue N.D. des Champs

75006 PARIS

(M° N.D.des Champs)

loc. 01 45 44 57 34

Du mard au samedi à 21h.30

Matinée le dimanche à 15h.


jusqu'au : 7 NOVEMBRE 2010

 

Traduction : Michel Lederer

Mise en scène : Isabelle Starkier.

avec Daniel Jean (Guy Laurence) - Pierre-Yves Le Louarn (Bernard)

 

De l'endroit où ils se trouvent (ce qu'ils préciseront plus tard) ces deux là vont attaquer Richard III au hachoir et passer les morceaux à la moulinette de leur introspection aussi personnelle que critique.
Certes, le mode d'expression est excessif mais les deux comédiens font preuve d'une indéniable expérience et d'un incontestable talent même s'il y a parfois un peu trop de cris et une outrance dans le geste or n'oublions pas qu'il s'agit une fois de plus de théâtre dans le théâtre.
Pour expliquer leur présence en cet endroit pour le moins étrange, l'un prétendra que c'est la conséquence des réformes en cours, les autorités gouvernementales ayant décidé de les parquer en ce lieu, ce qui au final reviendrait moins cher que de les prendre en charge au titre des indemnités auxquelles ont droit les intermittents du spectacle. O ironie !
Cela dit, ils ne sont pas mécontents de leur sort : logés, nourris et apparemment, on leur fournit même quelques accessoires afin de leur permettre de se livrer à leur occupation favorite : jouer.
Atmosphère à la Orwell car d'évidence, ils sont surveillés, pire canalisés.
Au signal, démarrage d'une scène puis brusque et péremptoire intervention sonore; là, ils  arrêtent pour reprendre un peu plus tard avec toujours à disposition ce micro insolite lequel il est vrai, a permis l'explosion de ces bruitages et autres onomatopées dont on le sait, les bambins raffolent ...
Les comédiens ne sont ils pas de grands enfants ? Ils vont faire preuve ici de tous les excès dont ces derniers sont capables mais avec en plus, la cruauté des adultes. Bref, ils se défoulent comme des mômes et s'affrontent comme des grands.
La musique de Stockhausen vient un temps, parfaire l'ambiance ...
Il leur est impossible de sortir et resteront donc coincés en ce lieu où leur comportement pourrait presque nous faire croire qu'ils sont dans un asile de fous. Mais non, tout va s'expliquer à la fin et cette plongée dans le monde actuel justifiera ce qui a précédé. En tout cas, on ne peut dire qu'une chose, ils ont OZ...é !

Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

Richard-III.jpg

photo : Jean-Pierre Benzekri.

14:42 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.