Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/09/2010

Nono de Sacha Guitry.

vis.Nono.jpg

 

THEATRE de la MADELEINE

19, rue de Surène

75008 PARIS

(M° Madeleine)

loc. 01 42 65 07 09

Pl. de 15 à 42€

10€  pour - de 26 ans du mardi au jeudi.

www.theatremadeleine.com

Du mardi au samedi à 21h.

matinée le dimanche à 15h

Comédie mise en scène par Michel Fau

avec Julie Depardieu (dans le rôle titre) - Michel Fau étant Robert, Xavier Gallais : Jacques - Brigitte Catillon, Madame Weiss - Sissi Duparc : Marie - Roland Menou & Davy Vetter, les majordomes.

 

Décor à l'ancienne, peint en trompe l'oeil. N'oublions pas qu'il s'agit ici de la première pièce en 3 actes que le jeune Guitry (il n'avait alors que 20 ans) a écrite en 1905. Nous sommes dans un luxueux salon particulier où deux personnages à l'extrême élégance se font une scène. Visiblement, l'homme a rendez-vous avec quelqu'un d'autre et la femme que Barbey d'Aurevilly aurait désignée comme " une vieille maîtresse " s'incruste.
Il s'ensuivra de savoureuses répliques teintées de cruauté, conséquence d'une liaison usée jusqu'à la trame. La dame à peine sortie, une autre plus jeune arrive drapée dans une robe aussi scintillante qu'une nuit de Noël.
Il s'agit d'Antoinette Berger, petite amie du meilleur ami de l'homme présent, dite Nono diminutif à valeur de surnom porté par une femme dont la principale activité est de dire oui. La jeune personne se déplace en sautillant telle une geisha mais à un rythme nettement plus occidental  ...
L'homme est un dandy décadent à la coiffure asymétrique ce qui l'oblige à repousser constamment une mèche d'un geste peu viril.
N'importe, Nono lui plaît laquelle habituée à ces sortes d'hommages s'en rendra compte tout de suite. Elle est venue en éclaireur - en quelque sorte - et Jacques son amant, ne tardera pas à rejoindre le couple en manifestant la passion dont il brûle sous l'oeil teinté de convoitise de la dernière victime en date.
Ce qui devait arriver arrivera mais ne comptez pas sur moi pour vous en narrer le détail puisque ce faisant, je vous priverais d'un bien grand plaisir.
Car le jeune Guitry était déjà en possession de tout son talent et les répliques font mouche à tout coup.
Les admirateurs de Julie Depardieu la retrouveront avec plaisir, mais une mention spéciale mérite selon moi d'être décernée à Brigitte Catillon qui est une Madame Weiss alliant élégance indéniable (nonobstant ses incroyables chapeaux) à une sobre et réelle autorité de comédienne au charme indiscutable.
D'évidence, Xavier Gallais s'amuse beaucoup en s'adonnant à des acrobaties physiques et vocales pour le moins étonnantes ...
Bref, une soirée agréable vous attend si vous décidez de prendre le chemin qui mène au Théâtre de la Madeleine, le grand Guitry nous rappelant que l'esprit français - hélas tombé en désuétude - eut grâce à lui, son heure de gloire.

Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com 

Julie-depardieu.jpg

Photo Crédit/Hartmann.


 

12:41 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.