Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/08/2010

Brûlons Voltaire ! d'Eugène Labiche.

voltaire-h.jpg

THEATRE du NORD-OUEST

13, rue du faubourg Montmartre

75009 PARIS

(M° Grands Boulevards)

loc. 01 47 70 32 75

www.TheatreDuNordOuest.com

dans le cadre de l'intégrale Labiche jusqu'à Mars 2011


Mise en scène : Cyril le Grix

avec : Laetitia Berteuil (Jacquette) - Thomas Dewynter (Lamblin) - Fabien Floris (Maxime) - Diane de Segonzac (la Baronne) - Audrey Sourdive (Alice) - Pierre Sourdive (Marchavant) -


Scénographie minimale : un banc (transformable) et une pendule, histoire de marquer non l'heure mais d'évidence, le milieu social où se déroule l'action.
Labiche s'entendait plus que tout autre à mettre en valeur les petits ridicules de chacun. La baronne est une bigote et l'éventuel acheteur de ses biens, un libre-penseur qui s'est (nous allons l'apprendre) entiché de Voltaire ... On ne pouvait rêver d'une rencontre au potentiel plus explosif !
Durant le second Empire, période d'opulence bourgeoise s'il en fut, il n'était pas rare que les gens bien nés (ou prétendus tels) commandassent au mètre et par ordre alphabétique, le nombre de volumes devant constituer leur bibliothèque. Les reliures étaient riches et le contenu des écrits secondaire. C'est ainsi que quelques auteurs mis à l'index purent se faufiler parmi des textes réputés bien pensants.
La fille de la maison est à marier et à l'époque, on ne se mariait pas sans dot.
La vente des lieux est censée fournir la liquidité que le notaire prise tant ...
Comme toujours chez cet auteur, les répliques vont bon train et les imprévus sont le moteur de l'action. Inutile de vous en dire plus, cette pièce en un acte fut - nous dit-on - créée le 7 Mars 1874 au théâtre du Gymnase (Cyril le Grix adore dénicher pour nous des textes peu connus) et force est de reconnaître que son rythme enlevé nous incite à la bonne humeur. En ces temps moroses, ce n'est pas superflu.


Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

brulons-2.jpg

08:21 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.