Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/06/2010

Les douze pianos d'Hercule de Jean-Paul Farré.

aff.JP-Farre.jpg

PETIT HEBERTOT

78 bis, bd. des Batignolles

75017 PARIS

(M° Villiers)

Tél. 01 55 63 96 06

Pl. 20€ - T.R. 15€

tous les jours à 19h.30

(sauf les dimanche et lundi)

MOLIERE DU THEATRE MUSICAL 2010

Reprise exceptionnelle.


De et avec Jean-Paul Farré,

Mise en scène : Jean-Claude Cotillard.


La scène en solo, Jean-Paul Farré connaît. Il y fit très souvent ses gammes et en virtuose, qui plus est. Après ses " Vingt ans de pianos forcés ", il revient en ajoutant au nombre quatre ans de plus et un clin d'oeil à Héraklès pour des facéties de vieux gamin. Où est la clé ? ... cette clé que nous cherchons tous car c'est celle du génie que peu trouvent mais il lui arrive souvent de mettre la main dessus et ce n'est pas un gag. Son piano est une vraie boite à outils, une caverne d'Ali Baba, une luge sur laquelle il n'hésitera pas à surfer. Les tabourets historiques sont truqués et le match de ping-pong peut commencer. Pas besoin de partenaire, il se suffit à lui-même car il est partout et nous raconte son histoire, pardon celle de Frédéric Pinchot en prenant les virages au plus serré au moyen de ce bolide qui ressemble à un piano et pour cause puisque c'en est un. Car s'il n'avait été comédien, Jean-Paul Farré eut pu être concertiste. D'évidence, la fantaisie lui collait trop à la peau, l'homme avait besoin de bouger, vous l'imaginez vous, enchaîné à son piano durant des heures, chaque jour ? C'est sérieux un concertiste et reconnaissez que cela ne rit pas beaucoup or le rire est sa raison d'être et devient la nôtre quand nous avons rendez-vous avec lui. Et puis en nous amusant, il nous éduque aussi. Vous saviez que depuis 1901 les pianos ont la queue tournée vers l'Est ? Personnellement, je l'ai appris. Ah ! la musique chinoise et la gamme pentatonique ... on ne s'attendait pas à entendre cela pas plus qu'à le voir évoquer les trois révolutions pianistiques s'étalant entre 1850 et 1950.
En cette époque où hélas, les clowns disparaissent, il nous reste fort heureusement celui-là et c'est le plus beau compliment que nous puissions lui faire car ce métier est de tous, le plus noble qui soit.



Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

les-12pianos.jpg

 

16:36 Publié dans SPECTACLE MUSICAL | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.