Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/04/2010

NEGATIONNISME, 1 : La Loi, 2 : La Grâce, de Jean Luc Jeener assisté de Fabienne Rantsordas.

aff.negatio.jpg

THEATRE du NORD-OUEST

13, rue du Fbg. Montmartre

75009 PARIS

(M° Grands Boulevards)

loc. 01 47 70 32 75

Pl. 20 & 13€

pour connaître les jours et heures des représentations, consulter


www.TheatreDuNordOuest.com

Cycle de 36 pièces, jusqu'au 20 Juin 2010

DES PRISONS ET DES HOMMES

avec Alexandre Berdat (Albert Cohen) - Emmanuel Desgrées du Loû (Jeff) - Paule D'Heria (Madeleine Gaillard) - Benoît Dugas (Jean Perez) Laurence Hétier (Fanny Vierne) - Fethi Maayoufi (Mohamed) - Ali Marhyar (Sam) -


Un homme - seul - la tête couverte d'un bonnet rayé, installé derrière une table, écrit. Sonnerie du téléphone - rapide entretien - deux autres ne vont pas tarder à  le rejoindre et en amener un troisième ... prisonnier. Ce dernier ne comprend pas ce qu'il fait là, ce qu'on lui veut. L'explication va suivre ...
Mohamed, le chef a fait enlever ce médecin dans un but précis.
Un prisonnier juif est là, à côté, qui attend et dont on va se servir pour obtenir une rançon; pour cela, il convient de s'attaquer à son intégrité physique et le faire savoir, bien sûr, preuve à l'appui. Le but est double : en plus de la rançon, obtenir la suppression de la loi Gayssot cause aux yeux de l'activiste, d'un tas de réactions en chaîne ...  Notre terroriste a mûrement réfléchi, longuement préparé l'opération mais toutefois et de façon assez incroyable, sa haine des juifs ne va pas jusqu'à faire disparaître chez lui, tout sentiment humain. Du reste, l'argent obtenu sera redistribué immédiatement et ostensiblement bien sûr afin que cela serve la cause qui est la sienne. Pour cela, il faut d'abord convaincre le médecin et ce n'est pas une mince affaire.
Un long développement de La théorie va être exposé ...
Selon lui, Auchwitz est un mensonge, les fours crématoires ont existé, certes mais ce n'était qu'une mesure d'hygiène destinée à enrayer les redoutables épidémies de  typhus. Les chambres à gaz - elles - sont (toujours selon lui) une invention servant à justifier dans un deuxième temps, l'invasion des territoires palestiniens et la loi Gayssot fut précisément mise en place pour éviter toute contestation possible.

Comme vous pouvez l'imaginer, le climat est tendu, hyper tendu même, voire explosif et il s'agit de se battre, captifs et kidnappeurs, pied à pied, argument contre argument. 
Une députée ne tardera pas à les rejoindre, contrainte et forcée. C'est par elle que le message doit passer.

Fin de la première partie.



II - Changement radical d'atmosphère et de rythme, notre terroriste s'est fait prendre mais est calme, déterminé. Médecin, députée et une ancienne déportée - non juive - le détail est d'importance, viennent lui rendre visite en prison. Leur but ? ... tenter de le raisonner avant que le procès ait lieu. Mission impossible. L'homme est en guerre et pour lui, c'est une guerre sainte. Il s'est construit dans ce seul but.

Jean Luc Jeener a réussi à mettre les mots exacts dans la bouche de chacun et ce, sans l'ombre d'un parti-pris. Fethi Maayoufi est absolument remarquable dans le rôle de Mohamed ce, à tel point qu'il donne l'impression d'imposer son rythme à la pièce. Ses interlocuteurs, Laurence Hétier et Benoît Dugas symbolisent l'un et l'autre en dépit des circonstances, et malgré leur commune angoisse, cette force tranquille, conséquence de la conviction d'être en règle avec sa conscience. De la compassion, ils ont eu le temps d'en avoir pour cet homme persuadé d'être un simple résistant qui accomplit ce qu'il croit être un devoir tout en respectant Allah.

Comme l'auteur est un chrétien convaincu, il soufflera à ses personnages compassion et oubli des fautes alors que seul le temps et l'improbable sagesse des hommes peut parvenir à ce résultat.
Le sujet est - ô combien ! - d'actualité et il était important qu'un auteur ait le courage de s'y atteler en cette époque où chaque jour un peu plus, la pensée unique et le " politiquement correct " aseptisent les propos.


Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

th.nord-ouest.jpg

 

12:31 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.