Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/04/2010

Le libre-penseur d'August Strindberg

aff.libre-penseur.jpg

THEATRE du NORD-OUEST

13, rue du faubourg Montmartre

75009 PARIS

Loc. 01 47 70 32 75

Tarif : 20 & 13€


dans le cadre du cycle,

DES PRISONS ET DES HOMMES

www.TheatreDuNordOuest.com

Mise en scène : Cyril le Grix

avec Alexandre Mousset : Karl Larsson (le libre penseur) - Franz Debrébant : Gustav, le pasteur - Christine Melcer : Madame Larsson - Alexia Papineschi : Agda - Djahiz Gil : Otto Larsson - Antoinette Guedy : Kersti - Philippe Fossé : Monsieur Larsson - Pierre Sourdive : le père Anders.

libre-penseur-2.jpg

 

Il s'agit ici de la première pièce écrite par Strindberg lequel s'est de façon évidente tout au long de sa vie, investi totalement dans son oeuvre, ce qui ne le mettait pas à l'abri d'un certain manichéisme. 
Sur le plan spirituel, l'auteur se posa en permanence des questions, penchant successivement d'un côté ou de l'autre et presque toujours de façon paroxystique avec pour seule constante sa répugnance du matérialisme.
Grand admirateur de Kierkegaard et de Nietzsche, son approche de la religion se révéla tumultueuse.
Ici, un jeune homme, Karl revient chez les siens poussé on le devine par le désir de revoir celle qu'il aime à savoir Agda dont le frère en tant que responsable de la paroisse ne va pas tarder à s'opposer à lui.
Qu'y a t-il de pire en effet, aux yeux d'un croyant pur et dur que celui qui pense différemment ? Or il est évident que Karl n'est absolument pas athée mais selon lui, seul existe le Créateur et tout le reste n'est que littérature ...
Strindberg nous décrit avec précision la façon de vivre et de penser de cette société de province vivant en vase clos, uniquement préoccupée de l'image qu'elle donne d'elle même.
Ce n'est certes pas la meilleure pièce que l'auteur suédois ait écrite mais on y trouve déjà ce qui deviendra sa caractéristique principale, à savoir la vigueur et le relief des dialogues ... Ici, les hommes ont indéniablement la dominante.  Revanche sera prise plus tard grâce à des personnages tels que Mademoiselle Julie ou la redoutable Alice de La Danse de Mort mais ces femmes n'ont pas encore surgi sous sa plume ... N'importe, le caractère percutant des répliques, la profondeur des réflexions laisse déjà présager le génie incontestable de ce tourmenté perpétuel. 
Cyril le Grix et ses interprètes, portés par la force des mots, nous convient à participer à cette belle et sombre aventure.


Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

libre-penseur-5.jpg

 

16:11 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.