Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/02/2010

La botte secrète de Dom Juan. pièce de Grégory Bron.

aff.ranelagh.jpg

THEATRE RANELAGH

5, Rue des Vignes

75016 PARIS

loc. 01 42 88 64 44

www.theatre-ranelagh.com

les mercredi, jeudi, vendredi,

samedi à 19h.

dimanche à 15h.

jusqu'au : 28 mars 2010.

par la Cie AFAG Théâtre.

avec Jean-Baptiste Guintrand, Grégory Bron, Benjamin Dubayle, Claudia Fleissig, Vincent Dubos, Virginie Rodriguez, Charlotte Rondelez, Simon-Pierre Boireau.


" capédédiou, ma caillou ! " ...

Tous les amoureux de Féval et Dumas vont adorer ce texte écrit en alexandrins, " si vous plèt " comme on dit dans le Sud-Ouest
car encore plus que Dom Juan,  il y a du D'Artagnan dans cette pièce là ...


Certes, Léonard avec sa face embroussaillée ressemble quelque peu à un homme des bois, on l'imagine troussant allègrement les soubrettes mais quand sa main rencontre une épée, c'est le noble chevalier qui apparaît,  grand coeur, et bras vaillant !

Le mollet est vif, le geste précis et puis ... il y a la fameuse botte secrète que nous, public attentif, attendons impatiemment.
En dépit des sbires et des reîtres, et même d'un Tancrède de Mondragon qui n'est pas à une traîtrise près ... nous suivons haletants les péripéties et les plus jeunes ne sont pas les derniers à s'esclaffer de joie. Leurs rires spontanés font plaisir à entendre. Passés de mode, les vers à 12 pieds ? Allons donc ! en voici la preuve, et il n'est pas exclu qu'un spectateur peu rompu à cette discipline, porté par l'enthousiasme ne s'y mette aussi. Les dames sont belles et courtisées, très sportives également. Bref, c'est à une parenthèse épique que vous êtes invités en ce siècle où le panache semblait pourtant oublié.

Que nenni ! puisque nous répondons " présent " Les duels sont remarquablement mis au point, l'interprétation dans son ensemble d'une belle qualité. Ah ! cela fait du bien ...

Tenez, pour peu, si leur engagement à tous n'était aussi physique, on crierait volontiers " bis. "

Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

duel.jpg

 

 

 

17:17 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.