Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/01/2010

DANGER : liberté d'expression en voie de disparition.

Maison-Metallos-1.jpg

Un communiqué de presse m'est parvenu hier, me signalant ainsi sans doute qu'à tous ceux qui ont apprécié la pièce,

" A mon âge, je me cache encore pour fumer "

que l'auteur(e) et interprète a en date du 12 janvier alors qu'elle se rendait au théâtre La Maison des Métallos été l'objet d'une agression.

En effet, Rayhana fut aspergée d'essence puis ses interlocuteurs lui ont ensuite jeté une cigarette allumée au visage qui fort heureusement n'a pas déclenché la catastrophe voulue. Les propos tenus par ces derniers ne laissent aucun doute quant au lien existant entre leur acte criminel et le thème de la pièce qui dénonçait précisément les violences faites au femmes au nom de la religion.

Il y a quelques années déjà, Attilio Maggiulli, directeur de la Comédie Italienne suite à sa pièce " George Bush ou le triste cow-boy de Dieu " avait lui aussi été agressé alors que si mes souvenirs sont exacts, il avait pris la précaution d'écrire le texte en question sous un pseudonyme mais tout finit par se savoir et il fut roué de coups, le visage tailladé à plusieurs reprises au moyen d'un canif.

Voilà de quoi l'intégrisme religieux est capable !

La liberté d'expression n'est plus garantie dans l'Hexagone depuis quelques années.

J'ignore si notre auteur(e) comédienne a déposé plainte et est en mesure de reconnaître ses agresseurs ?
En tout cas, ne cédant pas à l'intimidation, fidèle à elle-même, cette femme courageuse a décidé de ne pas interrompre le cours des représentations.

Qu'elle soit assurée de notre soutien, de notre estime et de notre admiration.

Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

 

N.B. se reporter à la chronique du 17 décembre 2009 récupérable en tapant le titre de la pièce et en empruntant le moteur de recherche présent sur ce site.

11:34 Publié dans Editorial | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.