Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/12/2009

A mon âge, je me cache encore pour fumer.

visuelamonage.jpg

MAISON DES METALLOS

94, rue Jean-Pierre Timbaud

75011 PARIS

M° Couronnes, Parmentier, Bus 96.

loc. 01 47 00 25 20

reservation@maisondesmetallos.org

Pl. 13€, TR. 9€

8€ (carte des Métallos) 5€ -15ans

du mardi 8 au samedi 19 décembre 2009

& du mardi 5 au samedi 16 janvier 2010

CREATION. Texte de Rayhana (publié aux Ed. Les Cygnes)

Mise en scène : Fabian Chappuis

avec : Marie Augereau, Géraldine Azuélos, Paula Brunet Sancho, Linda Chaïb, Rébecca Finet, Catherine Giron, Maria Laborit, Taïdir Ouazine, Rayhana.


Le metteur en scène Fabian Chappuis, lequel a également réalisé  la scénographie a d'évidence misé sur la sobriété.
Le grand espace scénique apparaît juste balafré d'un élément de décor évoquant au départ une jetée et l'action se poursuivant dans un hammam, les seuls accessoires seront quelques tabourets et autres bassines.
Cela paraît rudimentaire voire appartenir à un autre temps mais nous ne tarderons pas à comprendre en apprenant qu'un attentat a mis le château d'eau hors service. Ceci explique cela et rien n'a été laissé au hasard ...
Il y aura également en cours d'action, une panne d'électricité car l'époque est troublée. Les personnages tous féminins (à une brève et humoristique parenthèse près) vont faire leur apparition peu à peu en ce lieu où nous allons découvrir ces femmes une à une.
La première (et en quelque sorte, le rouage central de la pièce) se nomme Fatima, indubitable maîtresse des lieux (à défaut de l'être également chez elle) auprès d'un  mari qu'elle subit parce que le sort et sa qualité de femme en ont décidé ainsi.
En revanche, son esprit reste libre et son verbe haut !
Le drame se précisera très vite avec l'arrivée en catastrophe de Myriam, enceinte jusqu'aux yeux, traquée par son frère prêt à commettre ce que l'on nomme sous d'autres cieux un crime d'honneur.
Puis les autres vont suivre et après les salutations d'usage qui nous font sourire, nous européens qui avons perdu depuis longtemps le sens de la famille ... chacune va s'exprimer, raconter sa vie. Nous allons par conséquent apprendre à les connaître et  constater qu'aucune ne se ressemble. Les idées reçues vont du même coup voler en éclats car aucun amalgame ne saurait résister à ce qui est dit et entendu.
Le seul trait commun est que ces femmes d'âge différent, émanant de niveaux sociaux dissemblables, ont l'âme chevillée au corps, une belle combativité et un indéniable sens de l'humour.
Ensuite, il arrivera ce qui devait arriver (malheureusement) car seul le temps peut modifier les êtres.
Chaque comédienne s'investit complètement dans son rôle et il serait à la fois injuste et malaisé d'en distinguer une plutôt qu'une autre.
Je vais cependant faire une petite exception en direction de Linda Chaïb dont la fraîcheur nous ravit. Dieu, qu'elle est drôle ! Une bien belle pièce qui déclenche notre sympathie pour ses personnages car toutes ces femmes ont un dénominateur commun ayant pour nom générosité.
A voir : absolument, que dis-je ? ... toutes affaires cessantes.


Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

(photos : Bastien Capela)

Amon-age.jpg

 

10:07 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.