Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/07/2009

Les tétonnières du Paradis de Robert Poudérou

R.Poudérou.jpg(photo de l'auteur)

Mise en scène : Stéphane Bouvet.

Indéniablement et avant tout, le titre est porteur d'une dose équivalente de truculence et de rêve.  Sans doute Arletty - avant d'accepter - n'en doutons pas - aurait-elle déclaré à notre auteur,

- " vous êtes un coquin "

s'il avait pu lui confier le rôle de Zaza del Corazon, cette autre chanteuse réaliste.
Joindre l'élégance de l'alexandrin à la canaillerie loubardière n'était certes pas une mince affaire mais quelle superbe gageure ! 
Mettons le cap sur l'Absurdie patrie de tous les poètes où règne Zobie-Roi, monarque vieillissant, père d'une jeune beauté répondant au doux nom d'Hippigénie. ( Hip, hip, hip, hourra ! mais ne nous égarons pas.)
La gente damoiselle réserve ses regards énamourés au libertaire Zozo-la-Chienlit dont l'action subversive ne peut s'exercer que grâce à la présence effective de ses deux loubards de service : Hippo et Hippu.
Car le véritable maître du royaume est en réalité le sinistre prince Zobu, propriétaire incontesté du pétrole et du fric qu'il génère, lequel a jeté son dévolu sur la belle princesse et compte bien l'épouser bien qu'ayant déjà officiellement deux maîtresses grâce à la présence bicéphale (et pas seulement) de Zaza del Corazon évoquée plus haut et de Zazou de St-Denis.
L'âme damnée de ce peu recommandable personnage est Zoba-le-Sec, salace sicaire au comportement crapuleux.
Intrigues, querelles sont au rendez-vous de cette farce entraînante où les femmes, n'en doutons pas auront le dernier mot. Mais chut ! je vous laisse découvrir la suite  heureux frères humains qui pourrez assister aux représentations des 24, 25 et 26 juillet prochain à 22 heures, dans le cadre du " Festival de la Mémoire des Humbles " à Mensignac en Dordogne. Ceux qui ne pourront s'y rendre ont la possibilité de se consoler en lisant le texte paru chez Art et Comédie.
En attendant, vive le théâtre et vive l'été !

Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

10:17 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.