Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/06/2009

La mort de Don Juan de Damiane Goudet

Portrait.jpg

 

THEATRE du NORD-OUEST

13, rue du Faubourg Montmartre

75009 PARIS

(M° Grands Boulevards)

Réserv. 01 47 70 32 75

www.TheatreDuNordOuest.com

Pl. 20€ - TR. 13€

PASSEPORT : 95€ pour une entrée

libre à tous les spectacles du 3 avril

au 4 octobre 2009.

Mise en scène de l'auteur.

Parution courant juin chez ALNA Editions.

Texte interprété par : LUC ANTONI.


De même qu'Akira Kurosawa s'est penché sur le personnage de Macbeth en tournant " Le Château de l'Araignée " Damiane Goudet a examiné Don Juan en passant par le biais du Nô japonais.
Le Kabuki, trésor national vivant, transmet son art de génération en génération de même que Don Juan n'en doutons pas, drainera à jamais des imitateurs aux fortunes diverses ...
C'est à un huis-clos introspectif auquel nous sommes conviés.
N'attendez pas que le personnage se repente car il a toujours agi en accord avec lui-même. Tout au plus fera t-il preuve d'une certaine nostalgie ? ...
Car Don Juan était en fait un libertaire dont le comportement dénonçait " une société faussée par le mensonge individuel et collectif." - "Je suis une utopie qui révolte " constatera t-il.
Avec lui, point de faux semblant : quand il aime, il honore et quand le fruit vert commence à devenir blet, il le jette, ce qui, évidemment en dérange plus d'un !
" J'ai toujours été seul " dit-il.

Comme nous tous mais lui en est conscient.
Tirso de Molina puis Molière s'intéressèrent au personnage, en firent même l'emblème de l'interrogation métaphysique - car ne doutons pas que Don Juan ait réellement existé - les psychologues et autres philosophes continuent du reste à s'interroger quant à la vraie nature donjuanesque.

Tel un insecte qui butine les fleurs, Don Juan s'est posé de femme en femme puis s'est envolé emportant avec lui tous les codes moraux ...
Luc Antoni met en valeur un texte que nous savourons avec l'attention qu'il mérite portant ses soins à polir les mots avec la même précaution qu'il réserve à ce vêtement précieux dont il se départira peu à peu comme l'âme se détache du corps avant de n'être plus que le reflet d'elle-même.


Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

Don-Juan-C.jpg

 

 

 

 

17:07 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.