Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/06/2009

JOURNAL D'UNE AUTRE d'après Notes sur Anna Akhmatova de Lydia Tchoukovskaïa

PARIS-VILLETTE

Parc de la Villette

211 av. Jean-Jaurès

75019 PARIS

(M° Porte de Pantin)

Loc. 01 40 03 75 75

Pl. 21€ - T.R. 15/10€

lundi, mercredi, samedi : 19h.30

mardi, jeudi, vendredi : 21h

jusqu'au : 27 JUIN 2009

adaptation : Valérie Blanchon et Isabelle Lafon

Mise en scène : Isabelle Lafon.

avec Johanna Kortals Altes et Isabelle Lafon.

journal-autre-1.jpg

 

Comment restituer les rencontres qui eurent lieu entre ces deux femmes ? Telle est la question que Isabelle Lafon a dû se poser avant de mettre en scène et s'impliquer physiquement dans cette réalisation.
Le texte nous plonge au coeur des purges staliniennes quand on tremblait pour les proches, pour soi et tous les autres. Aucune pensée personnelle ne devait alors s'exprimer, seule la pensée collective était admise. Il ne fallait par conséquent laisser aucune trace. Verba volant, scripta manent ... le verbe d'Anna Akhmatova s'envolera alors en direction de cette oreille amie qui apprendra tout par coeur, le texte écrit sera ensuite détruit pour limiter les risques. On peut n'être que deux pour entamer une résistance et ces deux femmes s'y employèrent. Lydia Tchoukovskaïa sera la vestale du texte, de tous les textes confiés par Anna Akhmatova.
Jadis la culture relevait d'une tradition orale et en période de crise politique grave il est certes plus prudent d'y revenir.
Non seulement Lydia apprend les poèmes par coeur mais au fil du temps et des événements elle va tout consigner en langage codé, sorte de journal non pas introspectif mais sous forme de témoignage.
Comme accessoires : une table couverte de livres et de manuscrits éphémères pour la plupart, quelques tabourets, un éclairage basique et le texte dit pour tout support.
Théâtre minimaliste, dépouillement voulu car il appartient au spectateur de créer lui-même les images en fonction de ce qu'il entend.
Certains soirs, la pluie sur le toit s'invite créant une impression de réalité.
Le jeu des comédiennes est sobre, à la limite d'un texte à l'italienne mais ce public là n'est pas venu par hasard aussi repartira t-il avec l'impression d'avoir partagé quelques instants de vie en compagnie de l'auteur(e) évoquée.


Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

journal-autre.jpg

 

 

16:00 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.