Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/04/2009

L' écornifleur de Jules Renard

ecornifleurh-h2.jpg

 

Théâtre La Bruyère

5, rue La Bruyère 75009 Paris

M° St-Georges.

Loc. 01 48 74 76 99

Pl. 37/27/20€

du mardi au samedi à 21h.

matinée le samedi à 16h.30

 

adaptation : Renée Delmas et Marion Bierry,

Mise en scène : Marion Bierry

avec : Sarah HAXAIRE, Julien Rochefort, Hugo SEKSIG et Lola ZIDI.

Ecornifleur-A.jpg

Présenté il y a quelques années au Poche Montparnasse, cet Ecornifleur revoit le jour après quelques modifications mises au point par mère et fille, entendez Renée Delmas et Marion Bierry, cette dernière signant également la mise en scène.

L'action se situe en 1900, époque à laquelle les femmes arboraient des faux-culs et les hommes des faux-cols.

A ce détail près, les jeunes poètes, talentueux ou non ont depuis toujours été attirés par les couples bourgeois auprès desquels ils tentent éternellement de résoudre l'angoisse du lendemain.
Quelle imprudence commettent donc les maris en introduisant ainsi le loup dans la bergerie ? A moins que ce soit volontaire ? Or se méfie t-on d'un roux ? ...
Car bien entendu, Henri (Hugo Seksig) ne tardera pas à faire la cour à l'épouse troublée dont le mari pêche certes, par manque de fantaisie bien qu'il soit sans nul doute plus subtil qu'il ne le paraît ? Il est évident que Julien Rochefort s'évertue pour nous à peaufiner ce contre-emploi.
Face à lui, ce nouveau Rastignac tout en feignant d'écrire, va aller à la conquête des bords de mer puisqu'on l'y a convié mais son action ne se limitera pas là.
Bien entendu, après quelque résistance, l'épouse succombera aux assauts du jeune homme puis sera évincée par plus jeune qu'elle, ce qui permettra à Sarah Haxaire de nous fournir un aperçu de ses possibilités, allant de la scrupuleuse femme réservée à l'amoureuse fougueuse sans oublier la hargne que ressent toute femme victime d'une manipulation et perdante de surcroît. Lola Zidi est charmante dans le rôle de Marguerite, seconde victime du prédateur. C'est du reste elle que nous plaignons le plus, la jeunesse du personnage nous faisant dire que l'expérience est plus cruelle pour elle que pour tout autre.

Jules Renard épingle ses personnages avec la précision féroce que nous lui connaissons et si la fin n'est pas très morale, elle a le mérite d'être aussi vraie que la réalité. Les costumes que l'on doit également à Marion Bierry sont superbes et le spectateur savoure ce cynisme ordinaire avec délectation.


Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

Ecornifleur-1.jpg

 


16:06 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.