Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/03/2009

En remontant le Niger de Arezki Mellal

 

Niger-1.jpg

LE TARMAC de la Villette

Parc de la Villette

211 av. Jean-Jaurès

75019 PARIS

(M° Porte de Pantin)

Loc. 01 40 03 93 95

Pl. 16€, T.R. 12€

Jusqu'au : 4 avril 2009

du mardi au vendredi à 20h.

le samedi à 16h.

 

Mise en scène : Maria Zachenska

avec Jacques Allaire, Criss Niangouna et Chantal Trichet.

 

Quel terrible miroir Arezki Mellal nous met il ici sous les yeux !
Nous aimerions pouvoir nous dire que le trait est obligatoirement forcé, la vocation du théâtre étant avant tout que le message passe ...
Car l'européen n'est pas ménagé par l'auteur mais ce qui est dit est tellement vrai que nous nous empressons d'en rire pour ne pas être gênés.
Certes, nous sommes dans la farce, dans le clownesque mais cela suffit-il à nous consoler ?
Un couple européen a décidé de remonter le Niger pour une croisière mi-crapuleusement commerciale pour le fils, mi-touristique à but sexuel pour la mère qui a visiblement comme on dit " quelques heures de vol."
Ce superbe indigène fera parfaitement l'affaire. A savoir, Moussa, vulgarisation de Moïse, rebaptisé Lustucru par un français ignare qui confond imparfait du subjonctif avec plus-que-parfait. De toutes façons, utiliser l'un ou l'autre est démodé en cette ère de profits où seules les spéculations présentent un quelconque intérêt.
La mère est en mal de ... mâle, et cette femelle lubrique voit à peine ce fils sans âge tant elle poursuit son obsession personnelle.
Il fallait un talent aussi dévastateur que celui qui anime Chantal Trichet pour ne pas sombrer dans le ridicule. La comédienne est absolument époustouflante dans ce rôle tant son engagement mental et physique est absolu.
Jacques Allaire compose avec brio ce personnage de fils veule et mercantile qui en dépit de tout ses défauts finira par nous apitoyer en une situation aussi caricaturale que paroxystique.
Moussa, ah ! Moussa ... l'énigme pour des esprits habitués aux clichés en vigueur.
Cris Niangouna est magnifique de présence tranquille faisant preuve d'une patience à l'humour subtil.
Vous l'avez compris, ce spectacle est un sans faute : le texte fait mouche, les comédiens sont parfaits et la mise en scène physique au possible mise au point par Maria Zachenska, qui elle aussi a beaucoup de choses à dire. C'est simple, n'y allez pas : courez y !


Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

(photos : Eric Legrand)

Niger-2.jpg

11:27 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.