Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/03/2009

BORIS VIAN, juste le temps de vivre.

THEATRE DE MENILMONTANT

15, rue du Retrait

75020 PARIS

(M° Gambetta)

Loc. 01 46 36 98 60

Pl. 18€ ) T.R : 14€

Du mardi au samedi à 20h.30

le dimanche à 16h.30

jusqu'au : 15 MARS 2009

Chansons et textes de Boris Vian

Montage : François Bourgeat

Mise en scène : Jean-Louis Jacopin.

avec Gabrielle Godart, Arnaud Laurens, Susanne Schmidt

(LES TRETEAUX DE FRANCE : Marcel Maréchal.)

Boris-V..jpg

Cinquante ans que Boris Vian a traversé le miroir et ses textes sont toujours aussi subversifs puisque rien ou presque n'a changé. Les marchands de canons s'enrichissent plus que jamais, les religions occupent le devant de la scène et l'homme est de plus en plus exploité au moyen d'un travail peut-être moins physique mais toujours aussi aliénant.
Seule différence, on pensait alors que tout ceci n'aurait qu'un temps tandis que maintenant on désespère de s'en sortir ...
Puisque le blues s'est toujours exprimé en musique et que l'on prétend qu'en France, tout finit par des chansons, autant choisir celles du grand Boris.
Pour cela, ils sont trois : Danièle Godart, Suzanne Schmidt et Arnaud Laurens et comme on dit : " ça déménage ! " Couleurs, rythmes, fantaisie et talent que demander de plus ? La grisaille s'efface, les couleurs scintillent jusque dans les yeux des spectateurs qui à la fin, quitteront la salle en fredonnant.
L'année 1959 a vu disparaître deux princes qui chacun n'avait pas quarante ans, deux comètes qui ont traversé le monde du spectacle et que nous ne sommes pas prêts d'oublier. Boris et Gérard furent ces demi-dieux qui nous ont fait croire que le Paradis pouvait exister.
Le spectacle créé dans le lieu se poursuit jusqu'au 15 mars, aussi allez vite les voir et les applaudir car ils le méritent bien.


Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

 

Boris-Vian.jpg

21:58 Publié dans SPECTACLE MUSICAL | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.