Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/01/2009

LA CELESTINE de Fernando de Rojas

aff.Celestine.jpg

VINGTIEME THEATRE

7, rue des Plâtrières 75020 PARIS

(Métro : Ménilmontant)

Loc. 01 43 66 01 13

Du mercredi au samedi à 19h.30

Matinée le dimanche à 15h.

Jusqu'au : 1er MARS 2009

Adaptation : Henri Lazarini

Mise en scène : Frédérique & Henri Lazarini.

avec, Biyouna, Luis Rego, Rona Hartner, Myriam Bella, Céline Caussimon, Eloïse Labro, Gaspard Legendre, Didier Lesour, Tristan Lhomel.

 

L' histoire de cette sulfureuse Célestine fut écrite au XVème siècle, époque durant laquelle l'église avait recours pour s'imposer au redoutable et omniprésent Saint Office avec les conséquences que l'on sait.
Or nous sommes à Tolède et quand l'action démarre, il est 5 heures du matin heure à laquelle depuis toujours, les fêtards rentrent chez eux ... Calixte est de ceux là. Le lieu de débauches dont il vient est tenu par cette mère maquerelle à qui le danger donne du génie, mi-magicienne, mi-sorcière mais au pouvoir incontestable.
Calixte a entrevu Mélibée et le coup de foudre fut immédiat bien que non réciproque. Simple détail, puisque notre Célestine moyennant espèces sonnantes et trébuchantes va arranger cela. Comme elle le déclare alors,
- " Elle est belle, il est fou, l'argent fera le reste ! " ...
Autour de ces trois personnages incontournables gravitent valets cupides, soudards ou filles de joie et si nous ne nourrissions quelque sympathie pour eux tous, sans doute certains s'écrieraient-ils " mais que fait la police ?
Pourtant sur fond de turpitudes, quoi de plus émouvant que l'amour naissant entre deux êtres jeunes et beaux dont l'inconscience même nous ravit ...
La distribution m' a parue quelque peu inégale aussi voudrais-je commencer par saluer la performance (car cela en est une) de Biyouna dans le rôle titre qu'elle marque de sa griffe au moyen de répliques dites en arabe, ce qui a le don de déclencher l'hilarité dans une partie de l'assistance bénéficiant du privilège de comprendre ...  (quant aux autres, ça leur apprendra à ne pas être polyglottes !)
Myriam Bella (la bien nommée) est Mélibée et Luis Rego (Sempronio) lequel nous gratifie d'un passage musical apprécié à juste titre.
Ce classique du théâtre espagnol n'a visiblement pas pris une ride et ici le rythme est enlevé, les hommes adeptes de la truculence et les filles jolies ce qui devrait suffire à justifier notre plaisir.


Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

La-Celestine.jpg

15:41 Publié dans THEATRE | Lien permanent | Tags : theatre espagnol

Les commentaires sont fermés.