Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/12/2008

24 heures de la vie d'une femme de Stefan Zweig

LE PETIT MONTPARNASSE

24h.zweig.jpg

31, rue de la Gaîté

75014 PARIS

(M° Gaîté ou Edgar Quinet)

Loc. 01 43 22 83 04

Pl. 32 & 18€

www.petitmontparnasse.com

Du mardi au samedi à 19h.

dimanche à 15h.30

Adaptation et mise en scène : Marion BIERRY

avec Catherine RICH

et Robert BOUVIER.

 

Décor d'une évidente sobriété, pan de mur aux reflets marbrés, d'un esthétisme un peu coupant, lequel servira de toile de fond à cette nouvelle qui a inspiré plus d'une adaptation à ce jour. Marion Bierry a signé celle-ci.

Quelques sièges, chaise ou banc, de légères tentures censées évoquer un endroit ou règne un luxe discret.
Le personnage masculin sera tour à tour narrateur ou interlocuteur de cette femme, qui ne tardera pas à raconter ...
Nous sommes dans une pension de la Riviera où l'une des clientes vient de faire une fugue en compagnie d'un jeune homme, ce qui bien entendu, défraie la chronique. Les commentaires vont bon train et seul un homme semble avoir quelque indulgence pour la " créature sans moralité " dont la liberté d'action l'a livrée à la vindicte publique.
Mrs C.  élégante dame sans âge, va alors poser des questions puis peu à peu évoquer en confidence un épisode de sa vie passée. Une aventure similaire sinon absolument identique a traversé son veuvage. Plaisir subtil de l'aveu ...
24 heures, qu'est-ce dans la vie d'une femme ? Et pourtant, certaines heures ne s'oublieront jamais.
Catherine Rich est Mrs C. offrant au personnage son élégant maintien. Le geste est sobre, toute velléité d'emphase rigoureusement tenue en bride, laissant juste apparaître ça et là une expression un peu plus puissante, comme par inadvertance ce qui ne dupe personne vu l'expérience de la comédienne.
Le rôle de son partenaire (Robert Bouvier) a valeur de contrepoint et ce dernier s'acquitte de la tâche, scrupuleusement.
Zweig ne sera jamais " l'écrivain désuet d'un monde englouti " tant sa psychologie est prégnante. Il témoigne certes, d'une époque mentalement moins brutale que la nôtre celle où les sentiments avaient le pas sur l'action. Période de notre histoire où l'on ne confondait pas encore psychologie et psychanalyse, expérience personnelle et traumatisme.


Simone Alexandre.
www.theatrauteurs.com

24heures2.jpg

 

13:22 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.