Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/12/2008

Une sale histoire d'après La Douce de Dostoïevski

LUCERNAIRE

La-douce.jpg

 

53, rue Notre-Dame-des-Champs

75006 PARIS.

(M° N.Dame des Champs)

loc. 01 42 22 26 50

Du mardi au samedi à 21h.

(sauf les 25 décembre & 1er janvier)

jusqu'au : 10 Janvier 2009.

 

 

Traduction : André Markowicz

Mise en scène : Elizabeth Marie

Musique, sons et conception audionumérique :Cyril Alata

avec : Marc-Henri Boisse.

 

Cette sale histoire qui nous est racontée par celui qui l'a vécue s'est déroulée dans la  Russie tsariste de 1870.

Un usurier plus très jeune, épouse alors une jeune fille qui n'a que 16 ans. Il l'achète serait plus exact sous le fallacieux prétexte de la sortir de la misère à laquelle le sort semble l'avoir condamnée.
L'homme n'a pas toujours été prêteur sur gages, il amorça jadis une carrière militaire mais fut chassé de l'armée pour avoir refusé un duel et ne se reconvertit à l'usure qu'après une éprouvante période de vagabondage ...
Nous allons assister à cette introspection au cours de laquelle il va décortiquer son passé ainsi que ses différents états d'âme et nous narrer le drame dont il se sent à juste titre coupable. Le personnage nous apparaît à la fois tyrannique et subtil. Il conjugue dans le même temps la fatuité masculine qui veut que les femmes n'aient à ses yeux aucune originalité et une sorte de pudeur face à celle qu'il a remarquée.
Personnage complexe au possible, capable de vénérer en silence mais n'hésitant pas à dévaloriser ce à quoi il aspire en l'assimilant à une marchandise.
Marc-Henri Boisse incarne ce personnage avec brio, passant d'un rythme à un autre, menant ce texte comme un cavalier expérimenté le ferait de sa monture.
La conception sonore de Cyril Alata accompagne cette parole d'interventions multiples tantôt discrètes, parfois m'a t'il semblé, un peu trop omniprésentes mais ce duo voix-musique ou simple bruitage parvient à construire un univers foisonnant de péripéties.
Tous les amoureux de Dostoïevski retrouveront intacte, la parole de leur auteur favori, mise en valeur comme elle le fut rarement.


Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

histoire-sale.jpg

22:44 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.