Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/11/2008

GIACOMO sur les planches de et par Gilbert Ponté

LA COMEDIA

6 Impasse Lamier 75011 PARIS

M° Philippe Auguste. (ligne 2)

Loc. 01 43 67 20 47

resa@la-comedia.com

www.lacomedia.com

Giacomo.jpg

Chaque mercredi à 19 heures.

Mise en scène : Stéphane AUCANTE.

Une génération entière fut marquée par les images télévisuelles du premier alunissage ... Dans les années qui ont suivi - invariablement - à l'éternelle question : " qu'est-ce que tu veux faire plus tard ? " les enfants répondaient : " je serai cosmonaute " Eh oui ! le légendaire Pierrot rêveur ne serait désormais plus seul sur la Lune. Giacomo fut de ceux-là !
Avant le catalogue des 3 Suisses, il y eut Manufrance et on y trouvait tout, combien de rêves inassouvis sont venus s'abîmer entre ses pages ... Ici, (avec le premier cité) les garçons reluquent les sous-vêtements féminins ou fantasment sur les filles chics, celles qu'ils ne fréquenteront sans doute jamais.
Certes, il y a bien Cendrine qui se risque à porter mini-jupes et rouge à lèvres mais les parents veillent car une fille qui tourne mal, ça suffit !  Chat échaudé ...
Difficile à un italien d'échapper au catholicisme et à Monsieur le Curé, à la messe, à ses rites préparés longuement d'avance, ce qui a donné à plus d'un des idées de théâtre. Eh ! le fonctionnement est le même ...
Giacomo répète Scapin dans le seul endroit où il est tranquille ... ce qui fait qu'il y reste assez longtemps.  Quand ils découvriront la vérité, les parents vont manifester leur désaccord bien sûr, mais avec l'oncle, c'est différent.
D'ailleurs chez ce dernier, il y a tellement de livres ! ...
Le rêve de tout travailleur (émigré ou non) est d'avoir une maison, quelque chose qui puisse témoigner de l'effort accompli tout en améliorant le sort de la génération suivante ...
Gilbert Ponté nous raconte tout cela, passant constamment d'un personnage à un autre, caracolant de la cour au jardin et pour nous, il est évident que tout ce qu'il évoque est la stricte vérité. Tous ces gens qu'il nous fait voir ont bel et bien existé. Sans doute a t-il voulu leur rendre hommage par le biais de ce spectacle tout en jetant un regard derrière lui ?


Cet épisode fait suite à " GIACOMO L'enfant de la cité " (*) qui se joue dans le même lieu à la même heure, chaque mardi.


Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

(*) voir chronique du 4 octobre 2007 (archives)

16:38 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.