Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/11/2008

Lettres à l'Humanité de José Pliya

THEATRE du LUCERNAIRE

53, rue Notre Dame des Champs 75006 PARIS

M° N.Dame des Champs

Loc. 01 45 44 57 34

& sur www.lucernaire.fr

Du mardi au samedi à 19h. sauf les 25/XII & 1er/1 -

Jusqu'au : 3 Janvier 2009.

Mise en scène : Sophie Akrich

avec : Paulin Fodouop, Isabelle Fruchart et Jean-Pierre Becker.

Scénograhie et lumières : Erwan Creff.

Jean-Pierre.jpg

Afin de créer la parenthèse destinée à désamorcer la gravité du propos, le spectacle commence par une plaisanterie avec cette petite histoire juive qui nous amène à sourire ...

Il s'agira ensuite de lettres, rédigées sous forme de requêtes, écrites par des anonymes dans l'espoir d'obtenir satisfaction.
Un soldat a fait le mur pour se donner du bon temps. Le fait en soi n'est pas très grave mais quand on est militaire ... la faute pèse son poids  et là, pour avoir rêvé de liberté, on risque bien de se retrouver " au trou " comme on dit voire être fusillé comme déserteur en temps de guerre.
A part le sexe, il est des lieux où les distractions ne sont pas nombreuses et que ne ferait-on pour se sentir vivre, un peu ?
Trois comédiens, deux hommes et une femme nous évoquent ces parcelles de vie, que nous livrent ces lettres écrites il y a bien longtemps et qui font revivre pour nous ceux qui ont tracé ces lignes ...
Pour évoquer le sort que les événements leur a fait subir, il y a ce témoignage écrit par un tirailleur sénégalais, victime impuissante du colonialisme, ce couple évoqué qui a pour nom Michael et Eva, en ces périodes tourmentées de l' Histoire, celle qui s'inscrit dans la mémoire avec un grand H par respect rétrospectif pour les victimes.
Le tirailleur s'adresse au Maréchal Pétain, le juif d'Ethiopie écrit à Ben Gourion et chaque fois, on comprend que la demande correspond à un ultime espoir, évoqué en toute sincérité avec un maximum de naïveté, celle de ceux qui ont osé lever les yeux en direction de ce qui les domine.
Une blonde aryenne admirative et néanmoins victime, interpelle Hitler au nom de ses enfants dont elle est séparée ... Chaque fois, bien sûr, le " vous " ostentatoire et respectueux est utilisé. Pour mettre en valeur ces témoignages dont les conséquences ne sont pas révolues, la sobriété était de mise.
En fond de scène, côté jardin, un stock de cartons empilés comme des valises dépourvues de poignées car désormais fixés par le temps, évoque symboliquement toutes ces lettres conservées par les familles, que l'on ose à peine toucher mais que l'on conserve jalousement.
Du même côté, sur le mur un écran destiné à recueillir quelques projections afin que l'expression d'un visage s'impose au spectateur par le biais d'un premier plan. N'oublions pas que désormais les faits s'impriment ainsi dans les mémoires.
Une mention spéciale pour Jean-Pierre Becker dont la drôlerie et la richesse d'expression se démultiplient au gré des personnages successifs.
Grâce à lui et à ses partenaires, nous visitons ces temps tourmentés sans indignation ni écoeurement mais non sans réflexion car ils nous ont permis de nous imprégner de ces expériences que d'autres ont vécues et qui doivent nous être profitables ...


Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

Paulin-Isa.jpg

 

 

10:35 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.