Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/10/2008

Noces de sable de Didier van Cauwelaert

Théâtre des Deux Rêves

Noces-sable.jpg

5, Passage de Thionville 75019 Paris

(M° Laumière ou Crimée)

Réserv. 01 48 03 49 92

Pl. 16 & 10€

Du mardi au samedi à 21h.30

Jusqu'au : 29 Novembre 2008

Mise en scène : Julien Delbès

avec Emmanuelle Bodin

et Tristan Petitgirard.

 

Certains écrivains ont besoin d'être seuls pour écrire, d'autres puisent leur inspiration dans ce qu'ils voient, ou ce qu'ils vivent. Sylvie appartient à la seconde catégorie et précisément son amant vient de la quitter. Panne sèche. Angoisse de la page blanche. Persuadée qu'elle ne trouvera plus jamais l'inspiration, elle décide d'en finir. Projet de suicide typiquement féminin, elle envisage alors d'avaler une bonne dose de barbituriques dans une boisson bleu azur.
Le téléphone sonne. Pas moyen de se suicider en paix et voilà qu'un postulant jardinier se présente !
Bruno lui, cherche du travail de façon pour le moins dissuasive ... un peu pour meubler le temps libre qu'il a depuis le départ de sa femme.
Rencontre de ces deux âmes en peine ...
Il devient donc urgent pour Sylvie de surseoir à son projet de fuite dans l'au-delà.
Quant à Bruno, faire ça ou autre chose ! ... Finalement, pourquoi pas ?
Ces deux là vont se heurter, jouer les imprévisibles au regard de l'autre ...
Généralement, c'est l'employeur qui décide et bien pour une fois, ce sera l'inverse.
Il va y avoir du dressage de fauve dans l'air et chacun va amener son vis-à-vis à mieux se connaître ... Les deux personnages ne tarderont pas à ressembler à des trapézistes réciproquement tributaires. Avant la rencontre, chacun se croyait au bout du rouleau, ils vont se reconstruire en se regardant.
Les deux comédiens se complètent parfaitement tout en se mettant mutuellement en valeur et nous passons agréablement ce moment avec eux.


Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

08:37 Publié dans THEATRE | Lien permanent