Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/10/2008

Un auteur, deux pièces : Gustave Akakpo

THEATRE - TOGO du 7 Octobre au 1er Novembre 2008

Du mardi au samedi, spectacles en alternance à 14h.30, 16h, 20h ou 22h.

(se reporter au calendrier sur www.letarmac.fr

Akakpo.jpg

J'ai vu Habbat Alep avant A petites pierres aussi vais-je suivre cet ordre chronologique.

Pour le premier, il s'agit d'un road-movie, où les comédiens commenceront par nous présenter leurs personnages en une sorte de mise en lumière préalable des discalies.
Un jeune écrivain (métis nous dit-on) vient en ces lieux afin d'effectuer des recherches destinées à sauvegarder une langue déclarée morte.
Après les formalités d'usages et quelques péripéties, il retrouvera sa cousine secrètement enceinte, dont le père manigance l'union afin de préserver l'honneur de la famille. Pour cela, il convient de les laisser seuls, tant pis si celui qui se présente est " maigre et sans religion " ! Elle va donc l'accompagner dans ses recherches et lui, trouvera ce qu'il n'avait pas prévu ...
Gustave Akakpo nous narre cette histoire au moyen d'un langage imagé, et les interprètes s'activent à nous montrer l'invisible, le décor étant constitué de paravents noirs dont la mise en espace variera au gré des déplacements de tous ces personnages beaucoup plus nombreux qu'il n'y paraît.
C'est en quelque sorte un conte philosophique que Voltaire s'il avait vécu à notre époque, n'aurait sans doute pas renié.

Atmosphère tout autre pour A petites pierres ...
L'idée de départ ayant déclenché l'écriture de cette pièce fut cette lapidation prévue au Nigéria qui en avait bouleversé plus d'un, mobilisant les internautes en vue d'une pétition.
Afin de déterminer le lieu où l'action va se dérouler, un cercle sera symboliquement tracé autour de la jeune comédienne puis tous s'enduiront le visage de blanc afin de créer la distanciation voulue.
Un père s'apprête à destiner sa fille à un homme de son choix, tout est arrangé d'avance avec l'autre géniteur. Seulement, un galant va passer par là, auréolé du prestige d'avoir vécu en Occident et la demoiselle va succomber, ce qui en fonction des lois du pays, la condamne à être lapidée.
Ce drame sera évoqué par le biais d'une comédie moliéresque, l'insupportable ne l'étant plus, véhiculé par le biais d'une joyeuse farce où les quiproquos feront notre bonheur au gré d'un travestissement inattendu.
Les comédiens s'en donnent à coeur joie et par voie de conséquences, le public aussi. On ne mesure à quel point ces deux pièces sont complémentaires qu'après en avoir fait l'expérience, ce dont vous ne vous priverez pas, j'espère.
Cette double programmation perdure jusqu'au 1er novembre.

Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

" A petites pierres " mise en scène : Thomas Matalou avec Christophe Garcia, Ludovic Lamaux, Mariana Lézin, Franck Micque, Caroline Stella, Paul Tilmont.

" Habbat Alep " mise en scène : Balazs Gera, avec François Clavier, Valérie de Dietrich, Guillaume Gilliet, Christophe Vandevelde

Gust.Akakpo.jpg

16:36 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.