Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/10/2008

Alouette de Dezsö Kosztolànyi

Théâtre Daniel-Sorano

alouette.jpg

16, rue Charles Pathé à VINCENNES (94)

(M° Château de Vincennes)

01 43 74 73 74

www.espacesorano.com

jeudi, vendredi, samedi à 20h.45

jusqu'au : 25 octobre 2008.

Traduction : Maurice Regnaut & Péter Adam (Ed. Viviane Hamy)

Adaptation et interprétation : Danièle Douet

accompagnée de Alphonse Cemin au piano.

Mise en scène : Sylvia Folgoas.

 

Adapter un roman ou une nouvelle pour le théâtre n'est pas tâche aisée, surtout par le biais d'un monologue.

Pourtant c'est dans l'air du temps, comme on dit.
Afin d' évoquer cette histoire qui se déroula à une autre époque, la scénographie se veut sobre et classique. Un paravent, un fauteuil, une lampe posée sur un petit meuble et côté jardin, un immense piano à queue sur lequel un blond pianiste se chargera des intermèdes, avec beaucoup de talent. Il revient donc à la comédienne-adaptatrice de nous faire voir ce qu'elle évoque ...
Elégante silhouette, jeune femme brune qui nous conte l'histoire de son absolu contraire, celle d'un personnage féminin disgracieux qui de surcroit s'alourdira à l'issue d'un voyage. Cette Alouette (aussi peu tchekhovienne que possible), était ce que l'on nommait à l'époque une vieille fille, une laissée pour compte dont les parents désespèrent de la voir casée un jour.
Un voyage semble devoir un temps, bouleverser l'équilibre de cette famille.
Alouette part donc et son père, (lui, surtout !) va durant son absence mener une vie de patachon.  Et oui, il en est parfois ainsi lorsque quelqu'un de proche s'éloigne et que l'on veut se donner l'impression que l'on est complètement libre. Ce genre de réaction survient à tout âge. Comme ce n'était qu'une parenthèse, Alouette va revenir et la vie reprendra son cours. Afin d'amener le public à s'intéresser à cette histoire qui lui est complètement étrangère, la comédienne quittera parfois l'espace scénique viendra planter son regard dans les yeux de spectateurs du premier rang, la lumière inondera alors la salle, sa complice metteur en scène Sylvia Folgoas ayant tout prévu. Bien que ne la connaissant pas, il m'a semblé que la comédienne était sur scène exactement comme elle est dans la vie. Il y a comme chacun sait deux façons de procéder, la première consiste à s'immerger dans le texte et creuser profond ce dernier, ( ne l'avait-elle pas déjà fait par le biais de l'écriture ? ...) la seconde à ramener le texte à soi. Les deux méthodes ont leurs partisans, seul compte le résultat qui n'est finalement que la conséquence de la façon dont on perçoit les choses ...

Je me garderai donc de vous influencer en un sens ou un autre, vous laissant le soin de vous forger sur place votre propre opinion.

Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

17:16 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.