Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/10/2008

" Elle t'attend " de Florian Zeller

Théâtre de la Madeleine

19, rue de Surène 75008 PARIS

(M° Madeleine)

aff.Zeller.jpg

loc. 01 42 65 07 09

Pl. de 15 à 50€

-26 ans : 10€ les mardi, mercredi & jeudi.

www.theatremadeleine.com

Du mardi au samedi à 21h.

mat.suppl. samedi à 18h.30

dimanche à 15h.

jusqu'au 31 décembre 2008.

Mise en scène de l'auteur.

avec : Laetitia CASTA (Anna) - Bruno TODESCHINI (Simon)

Nicolas VAUDE (le frère) - Michèle MORETTI (la mère)

Thierry BOSC (le père) - Magali WOCH (la soeur)

Stanislas KEMPER (le gendarme).

 

Y aurait-il en chaque homme un Ulysse qui sommeille ? ...
(Avouez que c'est plus valorisant que l'expression habituelle)
N'allez surtout pas croire que Florian Zeller nous offre ici un remake de l'Odyssée version 2008 que nenni ! C'est juste une référence qu'un frère jaloux utilisera pour tenter (vainement) d'ouvrir les yeux de celle qu'il aime presque au delà des limites permises ...

Nous sommes en Corse, la chaleur est insupportable et les sentiments encore plus. Laetitia Casta en moderne Pénélope détricote les dernières heures de son histoire, ce sentiment qui la liait à un homme marié qu'elle a cru un temps pouvoir accaparer.

Dès le départ, on ressent le malaise qui habite l'élu qu'Anna a décidé de présenter à sa famille alors que leur liaison n'a que 3 mois d'existence.
Nous comprendrons que ce n'est pas la première fois qu'elle effectue semblable démarche qui toutes bien évidemment ont avorté.

On n'accède pas à la victoire avec un sentiment d'échec inéluctable or celle ci en dépit de sa jeunesse et de sa beauté se considère un peu comme une ratée de l'amour, elle précisera même que c'est de famille ...

D'évidence Simon ainsi piégé manque d'air. Il choisira donc d'effectuer une excursion en solo dans la montagne, dès le petit matin mais c'est promis, il va revenir ... C'est promis ? Non, c'est même là que le bât blesse car l'auteur par le biais de nombreux flash-back s'amuse à brouiller les pistes ...
Nous assistons alors aux affres d'Anna, à la sollicitude un peu cynique de son frère, aux efforts persuasifs de la mère tandis que le père éperdu lutte contre un Alzheimer galopant, la soeur hélas n'est qu'une silhouette ou peu s'en faut.
Du théâtre-introspection qui va son petit bonhomme de chemin cahin-caha car il ne se passe pas grand chose, le héros ayant pris la fuite ...
Il n'en demeure pas moins que Nicolas Vaude campe brillamment ce personnage de frère aussi attentif que désabusé, que le couple de parents constitué par Michèle Moretti et Thierry Bosc est irréprochable.

Leur expérience à l'un et à l'autre donne une consistance à des rôles qui ne sont qu'esquissés ...
Bruno Todeschini a l'air de sérieusement s'ennuyer mais nous ne doutons pas un seul instant que son personnage en soit seul responsable.
Quant à Laetitia Casta et sans aller jusqu'à dire qu'elle a la beauté des roses du Bengale ... son angoisse n'est pas absolument communicative mais peut-être est-ce la raison pour laquelle Anna ne retient pas les hommes, tout simplement ? Gardons nous par conséquent de toute conclusion hâtive. Stanislas Kemper en gendarme subtil (preuve que cela peut exister) est très, très bien.


Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

13:28 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.