Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/05/2008

Homo-Sexualité de Jean-Luc Jeener

Théâtre du Nord-Ouest

13, rue du Faubourg Montmartre

75009 Paris

Métro : Grands Boulevards

Loc. 01 47 70 32 75 

1246197705.jpg

Mise en scène : Aurore LY

lumières : Benoît Dugas 

avec Raphaël Cohen, (Pierre) - Renaud Marx, (Julien) - Jean-Claude Sachet (Paul, l'archevêque)  

Prochaines représentations,

MAI : dimanche 18 (17h) - jeudi 22 (19h). - jeudi 29 (19h) 

JUIN : dimanche 1er (17h) - mercredi 4 (20h.45) - samedi 7 (14h.30) - mercredi 11 : 20h.45 - dimanche 15 (14h.30) 

 

Condamnés au célibat, pourquoi les prêtres seraient ils les seuls à échapper à l'homosexualité ? Après tout, ce sont des êtres humains, faits de chair et de sang comme les autres - absolument ! Puisqu'on leur interdit le commerce des femmes, il était prévisible que certains d'entre eux choisissent leurs semblables.
Julien et Pierre vivent ensemble depuis quelques temps sans faire de vagues.
Le premier est journaliste et le second ( comme vous l'avez compris ) est un jeune prêtre soumis au contrôle de sa hiérarchie.
Un jour, bêtement, en faisant son marché (comme il est dit dans le texte : " ces gens là mangent aussi " ! ) Pierre va croiser son archevêque lequel va s'inviter à une petite visite qui ne peut être fortuite ...
Angoisse du couple. Eh, oui ! on ne badine pas avec l'amour à l'ombre de la croix.
Redoutable personnage que cet ecclésiastique venu remettre à jour les devoirs impérieux de ce jeune prêtre pourtant si efficace.
Jean-Claude Sachot fournit au personnage de l'évêque une puissance quasi jupitérienne. Il tonne, conspue, morigène après avoir joué la carte de la franchise.
Autant Pierre (Raphaël Cohen) est éperdu dans sa sincérité doublement amoureuse qui fait cohabiter Dieu et cet autre, bien réel qui vit à ses côtés, autant Julien tout aussi sincère résume à lui seul le libre penseur qui a mûrement réfléchi au problème ...
Jean-Luc Jeener nous propose ici une pièce remarquablement aboutie où chaque argument est solidement évoqué. La règle des trois unités étant ici respectée, Aurore Ly en sa qualité de metteur-en-scène a investi les comédiens d'un comportement absolument logique (sinon naturel vu les circonstances ...) en ce lieu familier où seul le visiteur adopte le comportement d'un lion en cage.
Julien nous gratifie d'un court intermède musical agréable au possible et l'on comprend que son compagnon ait succombé au charme de cet autre tout à la fois semblable et complémentaire.
Quant à l'issue finale, très habilement, l'auteur nous laisse deviner ce qui adviendra ensuite. Le sujet en regard de cette institution qui se nomme l' Eglise était scabreux mais Jean-Luc Jeener l'aborde avec lucidité et intelligence. Voilà un homme croyant notoire qui n'est pas sectaire ... respect !

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

11:26 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.