Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/04/2008

Camille Claudel 1864 - 1943, de Christine Farré

CINE 13 THEATRE

1, avenue Junot

75018 PARIS

Tél. 01 42 54 15 12

Pl. 22€ - Tarif réduit : 13€ 

M° Lamarck-Caulaincourt - Abbesses

www.cine13-theatre.com 

Du mercredi au samedi à 19h.

Dimanche à 17h.30

Du 23 AVRIL au 24 MAI 2008.

Durée du spectacle : 1h.30 

613420516.jpg

Spectacle adapté et mis en scène par Christine Farré d'après la correspondance de Camille Claudel, les textes de Paul Claudel, Auguste Rodin, Mathias Morhardt, Octave Mirbeau, Henri Asselin.

avec Camille Claudel : Ivana Coppola - Auguste Rodin : Enrico Di Giovanni - Octave Mirbeau : Pierre Carrive

Henri Asselin : Bernard Montini, Paul Claudel : Pierre Remund.

Créations lumières : Jean-Luc Chanonat -

Création son : Christophe Chouet. 

Camille Claudel en a déjà inspiré plus d'un au théâtre comme si une obscure attirance venait en quelque sorte compenser son génie contrarié mais évident. Deux grands hommes, deux proches en qualité de frère et d'amant ont masqué le soleil qui ne demandait qu'à resplendir. Elle paiera cette contrariété par trente deux ans d'asile ... Il fallait pour incarner le personnage, une comédienne à l'expression intense et il est évident qu' Ivana Coppola est bien l'artiste idéale.
Sous nos yeux, elle incarne Camille avec fougue, douleur et surpassement de soi.
En amont, Christine Farré a collecté les correspondances, s'imprégnant de cette existence pour la faire revivre, nous immergeant dans le monde de celle dont certains n'ont pas hésité à déclarer qu'elle avait encore plus de talent que Rodin !
Cet univers est reconstitué par la présence scénique des personnages qui ont gravité autour d'elle mais pas seulement hélas, Auguste Rodin bien sûr, son frère Paul, Octave Mirbeau et Henri Asselin que notre époque connaît peut-être un peu moins. J'ai assisté à la première représentation dans ce lieu et si le jeu de chacun était remarquable, en revanche, il m'a semblé que chaque interprète jouait encore sa partition. Au fil des représentations, la symbiose ne va pas tarder à s'installer d'elle même et c'est alors à un grand moment de théâtre auquel les spectateurs pourront assister, toutes les conditions étant pour cela requises.
La pièce n'étant programmée que pour une courte durée (un mois) allez y vite car le thème et ce qui en est fait méritent le déplacement.

Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

09:13 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.