Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/04/2008

Deux petites dames vers le Nord de Pierre Notte

PEPINIERE OPERA

7, rue Louis le Grand 75002 PARIS

(Métro : Opéra)

Loc. 01 42 61 44 16


Du mardi au samedi à 21h.

Matinées samedi : 18h. dimanche : 16h.

Jusqu'au : 13 juillet 2008 

1139758895.jpg

Mise en scène : Patrice Kerbrat

avec Catherine Salviat et Christine Murillo.

L'une est aussi plantureuse que l'autre est fluette et pourtant elles sont soeurs. Cela arrive ... (la preuve ! ) Il perdure malgré tout, en dépit des chamailleries une indestructible complicité. Nous faisons connaissance d'Annette (Catherine Salviat) et de Bernadette (Christine Murillo) au théâtre (ça tombe bien) où malicieusement l'auteur a fait d'elles des spectatrices pour le moins turbulentes ce qui à l'écoute de Pinter est pour le moins inattendu. Nous ne tarderons pas à apprendre que leur mère est gravement malade et qu'elles se relaient à l'hôpital pour lui rendre visite.
Aujourd'hui, elles font relâche en allant au théâtre et c'est le moment précis que leur génitrice à toutes deux va choisir pour traverser le miroir ...
Où qu'elles soient, quoiqu'il puisse leur arriver, elles ont le don de nous faire rire.
Les deux comédiennes ont un talent fou, (cela tout le monde le sait) et elles s'amusent de concert comme des petites folles et nous avec.
Pourtant le thème mis à plat peut difficilement prêter à sourire, puisque deux (petites) dames, plus très jeunes enterrent leur mère après l'avoir fait incinérer selon sa volonté. On pourrait s'attendre à sortir les mouchoirs ? En ce cas, ce serait parce que nous avons pleuré de rire. Rien n'est funèbre en cette histoire, bien au contraire et nos deux nouvelles amies débordent de vie.
Tandis que l'une ne pense qu'à griller des cigarettes, l'autre expérimente la bière non pas celle dans laquelle on se couche mais l'autre en boîte qui finit par rendre la démarche hésitante. Elles iront même dans un bal où l'on ne peut pas dire qu'elles fassent tapisserie très longtemps. Mais je ne voudrais surtout pas vous raconter leurs aventures car il ne resterait plus rien à découvrir et ce serait dommage. Allez-y ! Je vous promets de passer en leur compagnie une soirée désopilante au possible.

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

 

 

10:51 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.